Art & Culture

Published on octobre 31st, 2016 | by Pascal Ordonneau

0

Les Châteaux du Périgord

C’est, certainement, une des plus belles régions de France. Si un indice devait être utilisé pour mesurer cette qualité, celui de la proportion de véhicules anglais, néerlandais et allemands dans le total des véhicules en circulation serait le meilleur !

fullsizerender-232

Photo par Pascal Ordonneau.

Pour moi, le Périgord est un doux moment et un précieux souvenir : celui de ma famille. Je suis aux trois-quart Périgourdin et, preuve de l’attachement totalement inconditionnel de mes parents à cette belle région, j’y ai passé la quasi-intégralité de mes vacances d’enfant. Une moitié se déroulait dans le Nord du Périgord, une autre dans le Sud, du côté de Bergerac.

On a dit que lorsque le monde fut créé, Saint Pierre partit avec une besace remplie de villes, de villages, de châteaux, de manoirs, d’églises et de cathédrales. Comme le semeur, il jetait le contenu de sa besace ici et là. Il ne se rendit pas compte que son sac s’était percé au-dessus de la France laissant s’écouler quantité de bâtiments. La déchirure s’était encore élargie comme il passait au-dessus du Périgord justifiant l’étonnante quantité de magnifiques bâtiments qu’on y trouve.

Plus sérieusement, il faut en appeler à l’histoire : le Périgord a appartenu aux Anglais comme partie du duché d’Aquitaine et longtemps les rois français qui l’avait sottement perdu ont cherché à le récupérer. Le résultat ? Des guerres incessantes et une sorte de frontière mouvante constellée de châteaux, les uns anglais, les autres, en face, français, des villes fortes nommées bastides tracées, comme des villes romaines, enfermées dans de solides remparts, des églises massives, fortifiées, dominant des villages minuscules ou des collines stratégiques.

Et traversant cet univers incroyable deux rivières, la Dordogne et la Vézère qui sillonnent des sites enchanteurs, habités dès les temps les plus éloignés : Lascaux, les Eyzies. L’homme de Cro-Magnon étaient là bien avant les querelles entre Français et Anglais !

Cette année, pour un retour aux sources et une plongée dans les souvenirs, j’y ai emporté toute ma famille : douze personnes sans compter le chat. J’avais loué une magnifique demeure. Je voulais aussi revoir celles que j’avais aimées.

fullsizerender-230

Photo par Pascal Ordonneau.

Donc, nous nous sommes installés dans le très beau manoir de la Bourgonie. Accueil parfait de la part de ses propriétaires, le comte et la comtesse de Commarque. Loger douze personnes, sans les entasser, ce n’est pas évident, occuper cinq enfants de trois à huit ans, encore moins ! Beaux moments où le ping-pong alterne avec les descentes de la Dordogne en canoé, où les visites des plus belles villes médiévales Sarlat, Domme se combine avec celle de bastides, Montpazier, Beaumont du Périgord.

Un peu de repos aussi, de la gastronomie, le Périgord est un des hauts lieux de la cuisine française, des jours agréables et relaxant. La Bourgonie est l’exemple typique de ces maisons destinées à l’exploitation de grands domaines mais aussi équipées pour se défendre. Porche crénelé, tour de défense aux escaliers exigus, quelques échauguettes, mâchicoulis, meurtrières et autres ouvertures pour repousser les esprits hostiles, sont là pour rappeler que les campagnes étaient battues par des bandes de gueux et les troupes anglaises ou françaises à l’affut de quelques bons coups.

Les propriétaires de la Bourgonie avaient retrouvé cette demeure après de nombreuses péripéties. L’ayant restaurée, ils en louent une partie depuis très longtemps, l’améliorant sans cesse et la mettant au standard du confort.

fullsizerender

Photo par Pascal Ordonneau.

Leur goût (ou leur addiction) pour la restauration des vieilles pierres les a conduits à reprendre le vieux château familial, le Château de Commarques, situé non loin de la Bourgonie. Inhabité pendant des années, il avait mal vécu son abandon et se transformait lentement en une ruine austère perdue dans un vallon couvert d’une forêt très dense. Face à lui, un autre château, en meilleur état, magnifique lui aussi, arrogant comme doit l’être un château fort et renvoyant ceux de Disney au rang de décor de cabaret. Est-ce ce cadre grandiose qui a poussé le Hubert de Commarque à se lancer dans une aventure qui a plus de points communs avec la conquête d’un sommet du Népal qu’avec la vie de hobereau telle qu’on a aimé la voir dans downton Abbey ! Le travail de restauration a commencé voici des années et il va continuer encore des années. Le site est splendide, le château qui émerge est somptueux, les pierres éclaboussent de lumière au couchant et tard, dans une belle journée d’été, on a pu voir l’ombre du château de détacher sur la colline voisine, comme s’il venait défier son voisin dont on dit qu’il appartient à des Anglais !

Anglais, Français ! Il me fallait absolument aller voir comment le château de Montastruc avait passé les années après mon dernier séjour. Il avait appartenu à ma grand-mère après toute une kyrielle de grandes familles du Périgord et particulièrement la famille d’Abzac. Mes grands-parents vivaient seuls toute l’année dans cette gigantesque demeure. En hiver, parfois, ils ne pouvaient tout simplement pas joindre le village quelques centaines de mètres plus loin en contrebas tant il avait neigé ! Extraordinaire bâtiment, construit sur un éperon rocheux, des douves remplies d’eau, des fossés creusés dans la roche, un ancien pont-levis qui les surplombait de 15 mètres. Un château comme le Périgord en regorge, acteur des guerres entre Français et Anglais, entre protestants et catholiques, entre partisans du Roi de France et Grands Seigneurs imbus de leurs privilèges, il avait été détruit deux fois, reconstruit trois, sur les soubassements du XIIème siècle, s’étaient érigés des corps de logis du XIVème, puis des défenses du XVIème et enfin après des siècles de constructions et de déconstructions de splendides ailes du XVIIIème siècle avaient été adjointes.

Imaginez, un enfant, seul souvent, avec deux vieux grands-parents, dans un château de rêve. Imaginez, les combats inventés, opposant des armées fantastiques, dans des barbacanes en ruine, couvertes de lierre et d’herbes sauvages, à 10 mètres au-dessus du sol. Imaginez une chambre donnant sur des douves où des milliers de grenouilles faisaient la fête tout au long de la nuit. Imaginez les chauves-souris voletant dans la grande salle à manger, effleurant les cheveux, noires dans la nuit noire d’une pièce gigantesque, éclairée seulement par une fenêtre laissant pénétrer les rayons blafards d’une pleine lune éclatante.

Les souvenirs ne valent que si on ne vient pas les ressusciter. Mon château, celui de mes grands-parents est devenu une splendide demeure, toute différente de celle que j’avais connue. On peut le louer. Aujourd’hui, on pourrait y accéder même en hiver ! Aujourd’hui, une magnifique piscine est installée sous l’ancien pigeonnier. Il a tout le confort moderne. C’est peut-être, un peu moins mon château…Mais, il demeure somptueux et magnifiquement arrogant comme je l’ai aimé.

Cet article a été traduit en anglais par Sandrine Sweeney.


About the Author

40 ans de banque chez plusieurs établissements français et anglo-saxons ; il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie et la banque, d’un livre de voyage, d’un roman et d’un livre sur l’Allemagne. Il écrit pour les journaux et la radio, dont les Echos, le Figaro, Huffington Post, Radio France International.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Bienvenue

    Bienvenue à French Quarter Magazine ! Ce magazine propose un voyage culturel agrémenté de belles images et d’histoires fascinantes écrites par de nombreux écrivains dévoués.

    L’art, l’histoire, la culture, la musique, la mode, la gastronomie, la technologie, les voyages et le style reflètent l’essence même de notre culture, de ses attitudes, de ses philosophies, de ses modes et de ses passions. Notre site offre de nombreux postes vous permettant de choisir parmi des catégories d’intérêt divers en anglais et en français. On y trouve des articles, des revues ainsi que des interviews.

    French Quarter Magazine cherche à valoriser et à célébrer l’histoire riche et colorée du patrimoine de la France et des Etats-Unis, combinées à un mélange de patrimoine moderne d’aujourd’hui. Nous voulons aider à développer la connaissance de l’histoire, de la culture de tous les arts ainsi que le patrimoine social et culturel. Notre initiative franco-américaine pour préserver les trésors culturels dans les deux pays sont cruciale. Il est clair que si les générations futures désirent connaître les beautés des monuments historiques, c’est notre objectif d’agir maintenant pour aider. Nous cherchons à transmettre et à sauvegarder les compétences, les connaissances et l’amour du patrimoine et la technologie grâce à des conférences, des programmes éducatifs et des visites transatlantiques pour nos membres et lecteurs.

    Le passé de la France est d’un grand intérêt pour beaucoup de Français exilés, pour tous les francophiles et pour ceux d’origine française qui sont désireux de se tenir au courant de ce qui se passe en France aujourd’hui.

    Devenez abonné au magazine French Quarter en cliquant sur le bouton d’inscription et recevez deux fois par mois une newsletter, ainsi que d’autres offres spéciales à certaines occasions.

    Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et regarder nos interviews sur notre You Tube Channel.

  • Suivez nous!

  • Articles récents

  • Commentaires récents