Histoire

Published on juin 20th, 2016 | by Pascal Ordonneau

0

Rue Dieu dans le quartier X à Paris

Dans différentes monographies sur les rues Vertueuses et Morales de Paris on a découvert à quel point les Parisiens étaient sensibles à la bonté, la fidélité, la paix, la félicité tout en demeurant un peu distants. La rue des Vertus, a-t-on fait remarquer, ne fait montre d’aucun lustre ni d’aucune grandeur. Son architecture est médiocre, les bâtiments banals et la taille même de la rue loin d’être en harmonie avec son nom : cette rue qui prétend rassembler sous sa bannière non pas une vertu particulière mais toutes les Vertus fait pâle figure comparée à d’autres rues portant des intitulés moins prestigieux. Même la rue de la Banque est mieux dotée.

rue dieu (8)-2

Rue Dieu. Photo par Pascal Ordonneau.

On a vu aussi qu’au-delà des simples vertus, les Parisiens ont voulu honorer Dieu. On a montré aussi que cette audace idéologique bien étrange dans un pays qui se pique d’anticléricalisme et se définit obstinément comme « laïc » avait été largement compensée : Le Passage Dieu situé à deux pas de l’Impasse Satan.

Ne vous pensez pas quitte pour autant ! Nous n’abandonnons pas Dieu dans le triste Passage où on l’a laissé. Les Parisiens lui ont répété son attachement en lui attribuant une rue. C’est mieux qu’un passage ou une impasse. Dans la hiérarchie des voies parisiennes, « rue » est bien au-dessus de voie, passage, impasse, chemin, square ou allée. Attribuer une rue à Dieu n’est pas une marque d’un anticléricalisme agressif. En revanche, au-dessus de « rues » trônent « Boulevard » et « Avenue ». Donc, à première vue, les Parisiens se sont bien gardés de porter trop haut le nom de la divinité suprême.

A première vue ? Si vous vous êtes tenus à cette « première vue » vous avez été bien trompés car la rue Dieu n’honore pas davantage le Dieu des religions que le Passage Dieu qui devait son nom au propriétaire des terrains alentours !

La rue Dieu, qui est située dans le Xème arrondissement de Paris doit son nom… au Général Dieu sachant que ce terme militaire n’est pas une manière détournée d’évoquer la prééminence de Dieu. Le Général Dieu était un vrai militaire qui a existé en chair et en os, en sabre, en uniforme et en galons et médailles de toutes sortes !

Cette rue a reçu le nom du Général par décret du 2 mars 1867. Elle fut ouverte par la Compagnie des Magasins Généraux. Elle donne dans le canal Saint Martin et change de nom après l’avoir franchi. D’une longueur de 130 m, elle est large de 12 m.

rue dieu (36)-2

Photo par Pascal Ordonneau.

Elle ne présente pas de charme particulier hormis son environnement : elle est perpendiculaire au Canal Saint Martin, et s’achève par le pont qui enjambe ce dernier. Par lui-même ce pont présente un point commun avec la plupart des ponts qui enjambent les canaux à Paris : au début, un premier pont de fer, qui saute par-dessus le canal et n’a pour destination que le passage des piétons. Puis, à côté de ce pont, un deuxième qui permet la circulation automobile. La rue n’est pas loin des écluses qui régulent le débit de l’eau et sa hauteur. Tout ceci date du XIXème siècle et correspond à une époque où les alentours, la zone qu’on nomme le faubourg Saint Martin, était très industrieuse.

Pour preuve que c’est une rue « militaire », les quais qui bordent le Canal Saint Martin au niveau de la rue Dieu, portent des noms de grandes victoires de la Révolution française contre les armées des rois européen : Jemmapes et Valmy.

Autour du Canal Saint Martin, et tout au long, de nos jours, ce sont des promenades ombragées par des beaux arbres. Les ouvrages de fer et de fonte du XIXème siècle sont peints en vert et remis à neuf régulièrement. La rue Dieu est à deux pas de la place de la République et de son environnement d’immeubles bourgeois ou commerciaux construits pour la plupart entre la fin du XVIIIème siècle et le début du XXème. Aujourd’hui, les petites industries et l’artisanat ont été remplacés par des entreprises de services et ce qu’en France on nomme les « bobos » (bourgeois-bohêmes) se sont installés en nombre. Autrefois très populaire la zone de la rue Dieu est devenue « chic.»

La « rue Dieu » présente en effet une originalité qui, à mon sens, compense sa totale banalité.

Il faut revenir à l’origine du nom : le Général Dieu est un de ces innombrables généraux français qui ont honoré l’armée française. Mort jeune, en 1859, à 47 ans, il fait partie de cette catégorie d’officiers supérieurs qui, plutôt que de demeurer à l’arrière des troupes pour les diriger, préféraient se mettre devant elles, pour leur donner l’exemple, montrer le chemin et les emporter vers la victoire.

Toutes les armées du monde ont eu de ces chefs qui risquaient leurs vies au combat tel Léonidas aux Thermopyles. Les écoliers français ont frémi à l’appel d’Henri IV à ses soldats lors de la bataille d’Ivry « suivez mon panache blanc ». Ils sont encore émus par le courage du Général Bonaparte prenant la tête de ses troupes sur le pont d’Arcole. Or, justement, le Général Charles-Prosper Dieu, était à la tête d’une brigade de l’armée impériale française lors des guerres qui conduisirent à la réunification de l’Italie. Lors de la bataille de Solferino alors qu’il conduisait ses tirailleurs au combat, il fut gravement blessé. Peu de temps après, il mourait de ses blessures.

La France a toujours été reconnaissante aux hommes courageux. Le Général Dieu l’était sans conteste. Lui attribuer une rue n’était que justice. Pourtant, dans la pratique, cette attribution s’est accompagnée d’une curieuse anomalie : la rue ne se nomme pas « rue du Général Dieu ». C’est d’autant plus étrange que pas une rue nommée en l’honneur de Généraux français ou étrangers (les Français ont cette faiblesse de penser que le courage est une vertu qui transcende les frontières) n’oublie de rappeler le titre militaire du héros. Elles sont très nombreuses les rues de Paris dédiées à des militaires de haut rang et toutes font précéder le nom ce dernier par son titre. C’est ainsi que Paris a « fait » une avenue du Général Eisenhower et une place du Général Patton pour prendre des exemples américains.

Le Général Dieu n’a pas eu ce privilège posthume. On a oublié son titre ! Alors que des rues et des avenues rappellent le Lieutenant x, l’Amiral Y, le Sergent Z, la rue Dieu, ne rappelle pas que Charles-Prosper Dieu était Général. Elle ne rappelle même pas qu’il se prénommait Charles Prosper. Il existe un autre cas aussi étrange, celui de Simon Bolivar qui a droit aux honneurs d’une voie parisienne sans qu’il soit mentionné qu’il fut Général. Peut-être les Parisiens préférèrent son statut d’homme politique et de révolutionnaire à son statut militaire ?

On dit pourtant, qu’une plaque apposée dans la rue Dieu rappelait le Général et son honorable conduite à la bataille de Solferino.

A-t-elle disparue avec les années ? Je n’en sais trop rien. Il n’en demeure pas moins une question qui ne me paraît pas résolue au milieu de toutes ces originalités : pourquoi, a-t-on voulu honorer la mémoire de ce général parfaitement inconnu ? Est-ce une initiative de la Compagnie des Magasins Généraux ? La famille Dieu avait-elle des intérêts dans cette entreprise ? On relèvera qu’il n’a pas fallu attendre très longtemps après sa mort, 7 ans, pour que cet obscur Général se voit attribuer une rue.

Est-ce une initiative secrète des Turcs pour qu’on se souvienne du Général qui fut, pendant la Guerre des Balkans, attaché au général en chef de l’armée ottomane.

L’histoire ne se répète pas disait un philosophe, elle grimace… au surplus, la rue Dieu avait tout simplement été oubliée dans le plan de Paris qui fait référence : le plan Ponchet édition 1999. On l’a retrouvée depuis : elle est mentionnée dans l’édition de 2008.


About the Author

40 ans de banque chez plusieurs établissements français et anglo-saxons ; il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie et la banque, d’un livre de voyage, d’un roman et d’un livre sur l’Allemagne. Il écrit pour les journaux et la radio, dont les Echos, le Figaro, Huffington Post, Radio France International.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑