Art & Culture

Published on septembre 13th, 2018 | by Isabelle Karamooz, Founder of FQM

0

Interview exclusive : David Serero, de baryton à producteur…

David Serero. Photo de David Serero.

David Serero est un baryton qui a reçu une reconnaissance internationale grâce à son mélange d’Opéra, de Broadway, de World Music et de comédie. J’ai eu le plaisir de discuter avec lui de sa carrière et de ses projets. David Serero est fort sympathique et dégage une formidable énergie et nous met de bonne humeur dès les premières minutes sur scène. Il a une véritable interactivité avec le public et il se donne à fond dans ses spectacles. Nous sentons une belle influence du Rat Pack avec Dean Martin, Frank Sinatra., etc.

 

French Quarter Magazine : Vous êtes né en France, mais vous avez des origines multiples, cela doit enrichir la vie d’un artiste. Quelles sont vos autres sources d’inspiration ?

David Serero : Ce qui rend unique un artiste ce sont ses origines et son approche particulière à l’art au travers de sa propre personnalité. Le fait d’avoir des origines multiples et d’avoir voyagé m’a ouvert les portes vers d’autres cultures qui me permettent d’enrichir mon art. Ce qui m’inspire et m’a toujours inspiré se sont les gens. J’aime profondément les gens et c’est au travers de la musique, du théâtre et du cinéma que j’exprime cet amour envers eux. De là est né mon désir de les divertir.

French Quarter Magazine : Vous avez donné des concerts en Europe, Russie, Moyen Orient, aux Etats-Unis, à Broadway. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

David Serero : L’art et de le divertissement n’ont pas de frontières. Le ciel est mon toit et je joue là où l’on veut bien de moi. Il suffit d’un mot et je suis dans le prochain avion! J’ai toujours eu la chance d’avoir un public très éclectique, ce qui a rendu mes spectacles encore plus universels.

David Serero incarnant le personnage de Cyrano de Bergerac. Photo de David Serero.

French Quarter Magazine : Comment avez-vous commencé votre carrière de baryton ? Comment avez-vous découvert votre passion pour la musique d’opéra ? Votre style dénote avec celui des chanteurs traditionnels d’opéra. Pourquoi cherchez-vous à donner une nouvelle image de l’opéra ?

David Serero : J’ai démarré en chantant de la variété et en jouant du piano, puis le théâtre s’est installé dans ma vie lorsque je suis parti vivre à New York en 2001. J’ai ensuite découvert les comédies musicales car je chantais et faisais du théâtre. Lorsque je faisais des Musicals, on me disait que j’avais une voix pour l’opéra. Je ne m’y étais jamais mis car j’avais une image faussée et même caricaturale de cet art. Un soir j’étais au Metropolitan Opera de New York où il s’y jouait Turandot de Puccini et je me suis dis : voila ce que je souhaite faire. J’ai souhaité apprendre cet art avec les puristes d’abord à New York puis en Russie et enfin à Paris. Je ne faisais rien d’autre que d’écouter et de travailler des registres d’opéra 24/7. J’ai compris alors que j’avais un talent pour chanter de l’opéra et des classiques tout en les rendant divertissant. J’ai commencé par casser l’image du récital classique pour en faire de véritables shows ce qui n’avait jamais été fait dans l’opéra auparavant. Mon public s’est très vite constitué de grands connaisseurs et de novices de façon égale. Depuis, tout ce que j’entreprends me pousse à faire plaisir a ces deux publics.

French Quarter Magazine : Parlez-nous de votre album « All my love is for you » sorti en 2016. Est-il uniquement consacré à la musique d’opéra ? Affectionnez-vous d’autres répertoires que celui de l’opéra?

David Serero : Cet album est un album avec mes propres chansons. Avec l’opéra  et au travers de mes spectacles, j’ai créé un genre dans lequel on est entrainé à respecter la partition à la virgule près. J’aime aller vers d’autres registres musicaux car je les ressens et ils me sont chers comme Broadway, le Jazz, les Musiques du Monde et même la comédie! J’aime aussi enregistrer des pièces de théâtre et des grands textes mais également des pièces oubliées du répertoire dont certaines n’avaient jamais été traduites en anglais.

Avec Jermaine Jackson. Photo de David Serero.

French Quarter Magazine : Pouvez-vous nous raconter brièvement votre rencontre avec Jermaine Jackson ?

David Serero : Nous avions un ami en commun à Los Angeles. Lorsque j’ai rencontré cet ami, je lui ai dit que j’avais en tête de faire un spectacle entre un chanteur d’opéra et une pop star. Il m’a répondu que c’était une bonne idée et m’a demandé à quelle pop star je pensais? Je ne savais pas encore mais il fallait pour moi que le nom de l’artiste représente de suite la pop comme Michael Jackson par exemple. Il m’a alors répondu qu’il connaissait très bien son frère: Jermaine. Il lui a parlé de l’idée et Jermaine a tout de suite adoré. Après une rencontre de travail sur quelques jours à Los Angeles, j’ai lu son autobiographie « You Are Not Alone, » dans laquelle il racontait l’histoire des Jacksons vécu depuis l’intérieur. J’ai trouvé que Jermaine avait une voix de crooner à la Nat King Cole qui n’avait jamais été utilisée dans ses albums. Il m’a montré des vidéos et des photos exclusives d’archives personnelles, etc. Je me suis dit : voilà, nous avons un show! Je vais écrire un spectacle autour de son histoire avec des chansons qui ont marqué les succès personnels de Jermaine mais aussi de Michael et des Jackson 5, entrecoupé de photos et d’archives personnelles. J’ai réalisé et produit pour Jermaine Jackson un album de standards de Jazz, « I Wish You Love ,» dans lequel figure notre duo sur « Les Feuilles Mortes » avec un clip que j’ai réalisé et tourné devant l’opéra de Paris et le Trocadéro (tous deux fermés pour l’occasion!). Un rêve qui devenait réalité : faire venir une star mondiale dans un nouveau show et un mélange unique (Jackson et l’opéra), le tout en France et pour les Français que j’aime tant.

Photo de David Serero.

Photo de David Serero.

French Quarter Magazine : Vous êtes aussi un acteur. Qu’appréciez-vous le plus, le cinéma ou la musique?

David Serero : Pour moi, il s’agit du même métier qui est celui de jouer. Le cinéma est un autre monde. J’ai besoin d’alterner la scène et la caméra afin de me renouveler à chaque fois.

French Quarter Magazine : Vous avez créé votre propre label, votre propre boîte de production et vous produisez également des spectacles. Sur quels critères est-ce que vous choisissez les artistes que vous produisez ?

David Serero : Ce sont à chaque fois des rencontres. En ce qui concerne les spectacles, c’est une rencontre avec le directeur d’une salle, une organisation, une association ou autres qui est à l’origine. Le plus souvent, c’est moi même qui passe les coups de fils et pousse les portes car mon amour pour le public, une oeuvre et mon désir de jouer est plus fort que n’importe quel obstacle!

French Quarter Magazine : Quelle est la personne avec laquelle vous aimeriez travailler aujourd’hui ?

David Serero : Je rêve de travailler avec tout le monde!

French Quarter Magazine : Qu’avez-vous prévu pour cet été et le reste de 2018 ?

Photo de David Serero.

David Serero : Pour l’été 2018 à New York, je joue le rôle titre de Napoléon de Stanley Kubrick dans mon adaptation théâtrale de son film. J’ai plusieurs spectacles et concerts et enregistrements. Je prépare aussi ma saison 2018/19 avec des nouvelles productions et des rôles dont: Stanley (Streetcar named Desire), Nabucco (Nabucco de Verdi), Figaro (Mariage de Figaro de Mozart), Roméo (Roméo et Juliette de Shakespeare), Shylock (Opéra Le Marchand de Venise de Reynaldo Hahn), Eugène Onegin (Opéra Eugène Onegin de Tchaikovsky), Hermann (La Dame de Pique de Pushkin), « I, Napoleon » (Seul en scène) que j’ai écrit sur Napoléon ainsi que plusieurs tournages et concerts.

Cet article a été traduit en anglais par John Wilmot.


About the Author

was born in the royal city of Versailles, France and have lived in the United States since 1996. After earning a Bachelor's degree in History from the University of California Berkeley and studying for a Master program in education at the University of Southern California, she went on to teach French to aspiring UNLV and CSN students in Nevada. When she is not teaching, she is writing, interviewing people in a wide range of circumstances, pitching story ideas to writers and editors, taking pictures, traveling, painting or trying delicious foods.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑