Art & Culture

Published on septembre 15th, 2014 | by Molly Montgomery

1

Higher Education in France and the United States: A Brief Overview

Fotolia_42380086_S_238172.79

Photo par enseignementsup-recherche.gouv.fr

Chaque année, des milliers d’étudiants des Etats-Unis et de France traversent l’océan atlantique afin d’étudier dans leurs universités respectives. Durant l’année scolaire 2011-2012, 17168 étudiants américains ont étudié en France, faisant de ce pays la quatrième destination préférée des Américains en ce qui concerne les études. Quant aux étudiants français, les Etats-Unis sont la deuxième destination estudiantine, derrière le Royaume-Uni, avec 8200 étudiants qui ont choisi de poursuivre leurs études aux Etats-Unis l’année dernière.

A leur arrivée, les étudiants des deux pays se retrouvent confrontés à la barrière de la langue et au choc des cultures, mais une des différences les plus déroutantes à laquelle ils doivent faire face reste l’organisation des études supérieures de leur nouveau pays. Le système universitaire de la France et des Etats-Unis fonctionne de manière totalement différente, ce qui laisse les étudiants étrangers incertains quant à la manière d’aborder leurs études.

Aux Etats-Unis, les étudiants sont admis à l’université (plus communément appelé « college ») après avoir obtenu leur diplôme au lycée. En général ils font une demande auprès de collèges plus sélectifs pour une durée de 4 ans, ou bien s’inscrivent dans des collèges moins sélectifs appelés « community college » pour une durée de 2 ans. Les étudiants des community college peuvent passer un diplôme appelé « A.A » ou Associate’s degree au bout de 2 ans, ou bien ils ont la possibilité d’aller à l’université afin d’obtenir une licence au bout de 4 ans au total. Les étudiants américains n’ont quasiment aucune idée de ce qu’ils veulent étudier lorsqu’ils rentrent au college, par conséquent ils passent la majeure partie de leurs deux premières années à essayer plusieurs matières, pour ensuite choisir leur matière principale.

Diplomas

Diplômes. Photo par UC Riverside.

Quant aux étudiants français, ils choisissent leur matière principale avant de s’inscrire à l’université. La plupart en décide au lycée, avant de passer le Bac, l’examen de fin d’études au lycée. Les étudiants peuvent choisir de se spécialiser en sciences, en sciences sociales, ou en littérature avant de passer le Bac, puis en général, continuent d’étudier une matière équivalente à l’université. Les étudiants français obtiennent une licence, l’équivalent d’un « Bachelor’s degree », au bout de 3 ans d’études, et peuvent continuer leurs études encore une ou deux années afin d’obtenir un Master.

L’enseignement supérieur français est divisé en deux parties : les grandes écoles, telles que Sciences Po à Paris, plus prestigieuse, et qui permet aux étudiants d’avoir un meilleur réseau de relations dans l’industrie qu’ils ont choisie, et les universités locales, telles que l’université de Lyon II, où j’ai étudié. On pourrait comparer les grandes écoles à la ligues Ivy aux Etats-Unis, mais les procédures d’admission à une grande école sont bien plus compliquées. Afin d’être admis dans une grande école, les étudiants doivent passer un concours national très sélectif, qui s’étale sur toute une journée et qui porte sur la spécialité de l’étudiant (tels que la biologie, les sciences politiques, ou humaines). La plupart des étudiants préparent ce concours en prenant des cours préparatoires qui durent deux ans !

Si les étudiants choisissent d’aller à l’université locale, l’admission est garantie tant qu’ils ont obtenu le Bac. Tout cela crée une dynamique très différente dans l’enseignement supérieur comparé aux Etats-Unis, où la compétition pour être admis dans les « college » sélectifs est très intense, et ce même dans les universités publiques, tel que le système de l’université de Californie. Dans les universités françaises, les deux premières années sont très difficiles, ce qui engendre des abandons rapides. Le processus de sélection s’opère après l’inscription des étudiants, non pas avant. Par opposition, les universités américaines accordent beaucoup de valeur aux résultats obtenus au lycée. De bons résultats jouent en faveur de la réputation d’une école, par conséquent, les universités américaines soutiennent les étudiants qui ont des difficultés scolaires.

En tant qu’étudiante américaine en France, voici quelques différences notables dont j’ai fait l’expérience lors de mes études dans une université française :
Les étudiants américains ont plus de souplesse dans le choix des cours à l’université. Les étudiants français ont une « route » spécifique à suivre, du fait de leur choix de spécialisation, et ce depuis le premier jour, par conséquent on leur dit quels cours ils doivent suivre, et à quel moment ils doivent le faire, au lieu de choisir leur propres cours. Les étudiants américains ont plus de temps pour décider ce qu’ils veulent étudier, mais aussi dans leur choix de matières facultatives. Parfois, ils peuvent même faire leur propre emploi du temps, de manière à ne pas avoir cours le lundi et le vendredi, ou bien n’avoir cours que l’après midi. Les étudiants français peuvent en faire l’expérience lorsqu’ils étudient aux Etats-Unis. Quant aux étudiants américains en France, lorsque j’y étais, nous pouvions choisir parmi une liste de cours proposés par l’université, mais la disponibilité des cours dépend du programme d’études internationales.

Les cours dans les universités françaises accordent beaucoup d’importance aux présentations orales, comparés aux Etats-Unis. Il n’est pas inhabituel qu’un examen final prenne la forme d’un oral au lieu d’un écrit. D’autre part, les cours aux Etats-Unis requièrent davantage de « travail personnel », tels que des problèmes, des dissertations, ou des devoirs courts à la maison.

La relation professeur-étudiant est moins formelle aux Etats-Unis. Les étudiants américains s’entretiennent souvent avec les professeurs en dehors des cours, lors des « heures de bureaux », pour demander de l’aide ou bien continuer une discussion commencée en cours.

Au final, le coût de l’enseignement supérieur des deux pays peut surprendre. Les étudiants français sont sûrement choqués par le coût des frais scolaires aux Etats-Unis, qui se situe en moyenne à 13856$ par an (10502 Euros). Les étudiants américains, par contre, doivent trouver assez incroyable le coût des frais scolaires en France : en moyenne 585$ par an (443 euros). Étudiants américains, ne vous réjouissez pas trop vite, la plupart des Américains payent les frais scolaires de leur université d’origine lorsqu’ils étudient à l’étranger.

5506463

Photo par Nouvelobs.

Malgré toutes ces différences, il y a des similitudes entre universités françaises et américaines, que les étudiants de chaque pays trouveront rassurantes. Les deux systèmes universitaires dispensent en général des cours en amphithéâtre avec un professeur expliquant le cours à des centaines d’étudiants. Ces cours en amphithéâtre se divisent par la suite en plus petits groupes de travaux dirigés par un professeur, ou plus souvent aux Etats-Unis, un assistant professeur diplômé. Dans les universités américaines, on appelle cela des « sections de discussions » ou sections tout court. En France, on appelle cela des travaux dirigés, ou conférences de méthode.

Les étudiants des deux pays sont assurés de se retrouver parmi d’autres jeunes gens ayant des intérêts académiques similaires. En dehors des cours, les étudiants français et américains ont des activités très similaires, comme faire du sport, faire partie d’un club, faire du shopping, ou tout simplement se balader.

De plus, les étudiants américains et français choisissent souvent d’étudier à l’étranger lors de leur troisième année universitaire. Étudier à l’étranger devient de plus en plus un rite de passage dans les deux pays. Aller à l’université dans un pays où l’on parle une langue différente peut sembler intimidant de prime abord, mais les étudiants français et américains reviennent de leur séjour à l’étranger avec des trésors de souvenirs, ainsi qu’une connaissance précieuse d’une autre culture.

How to find remedies online? So it’s no wonder that online pharmacies is becoming more pops over the last years. Few remedies are used to treat emasculation. Topics such as “buy sildenafil citrate online” and “sildenafil 50 mg price” are extremely pop now. This article focuses on the evaluation of erectile disfunction and “sildenafil citrate side effects“. Of all the matters in the field of healthcare that pique our attention most, it’s sexual heartiness problem, notably “undefined”. Low self-esteem, venous leak, some diseases, and certain medicines can reduce your sex drive. Stress affects all sides of breath including sex drive. People must always ask doc for professional advice about Viagra. Keep in mind online drugstore which is prepared to sell such medicaments like Viagra without a valid prescription is fraudulent. When you get from an unknown company, you run the risk of getting counterfeit drugs.


About the Author

is an English teaching assistant at a high school in France and a recent graduate of UCLA, where she studied English and French. Her writing has been published in *TravelAge West Magazine* and in various literary journals including *Westwind* and the *Blue Lake Review*.



One Response to Higher Education in France and the United States: A Brief Overview

  1. Arleigh Taylor says:

    Thanks for the well thought out and written article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑