Théatre & Litérature

Published on juin 18th, 2017 | by Christopher Alain

0

Honoré de Balzac : l’observateur passionné

Honoré de Balzac est un des monuments de la littérature française. Romancier et dramaturge, il est connu à bien des titres : un des fondateurs du réalisme dans le monde de l’écrit, observateur attentif des multiples facettes de la condition humaine, écrivain travaillant jour et nuit, amateur passionné de café. En observant l’ampleur et la minutie de son œuvre, nous prenons conscience de la précarité et la riche diversité de l’espèce humaine. 

Honoré naquit le 20 mai 1799 de Bernard François Balssa, qui commença sans le sou et grimpa les échelons jusqu’à devenir le Secrétaire du Conseil du Roi – et Franc-maçon, et d’Anne Charlotte Laure Sallambier, issue d’une famille parisienne de merciers. Un mariage arrangé, de l’avis de tous.

Honoré passa les premières années de sa vie chez sa nourrice, vite rejoint par sa sœur Laure. Ils vécurent ainsi quatre ans loin de chez eux. A 10 ans, Balzac fut envoyé au pensionnat des Oratoriens de Vendôme, avec le peu d’argent de poche que son père lui donna délibérément, ce qui l’isola de ses camarades qui le ridiculisèrent.

Enfant, il était un lecteur précoce qui dévorait tous les livres qu’il pouvait rencontrer. Mais il ne s’entendait pas avec la plupart de ses camarades de classe et fut fréquemment envoyé dans « l’alcôve », un réduit pour élèves indisciplinés.

Balzac, depuis son plus jeune âge, était un observateur incisif, et son sens de l’observation s’accrut encore quand il commença à étudier le droit au sein de l’étude de Victor Passez, une relation de la famille.

Balzac acquit un dédain profond pour la pratique du droit et se décrivait lui-même comme un « clerc, une machine, une monture à louer, mangeant et buvant à heures fixes. J’ai faim et rien ne m’est proposé qui puisse apaiser mon appétit. »

Ce fut un moment décisif pour Balzac, à partir duquel il décida de devenir écrivain. Il décida alors de se débarrasser des entraves qu’étaient les expectations de ses parents et de se consacrer à la passion pour les mots qu’il sentait vivre en lui.

La première œuvre de Balzac était un opéra-comique librement adapté d’une œuvre de Lord Byron, mais le manque de financement le força à aller dans une autre direction. Quelques temps plus tard, il rencontra un de ses plus grands soutiens, Auguste le Poitevin, qui convainquit Honoré de commencer à écrire des nouvelles.

Balzac était un écrivain prolifique et en 1826 il avait écrit neuf romans, utilisant des pseudonymes tels que « Horace de Saint Aubin ». Après plusieurs nouvelles et quelques échecs en tant qu’entrepreneur – y compris la tentative de publication à bas prix de volumes de littérature française – Honoré s’attela à ce qui serait connu plus tard comme son plus grand effort littéraire et qui le désignerait comme « le père du réalisme, » son chef d’œuvre, la Comédie Humaine.

Scènes – La vie privée d’Honoré de Balzac.

Il s’agit d’une collection de tomes qui explorent plusieurs thèmes. L’argent et le pouvoir. La France dans les jours suivant la révolution, la hiérarchie sociale, la paternité, les femmes et la société. Cela conduit à une narration structurée sur l’observation telle que « Scènes de la vie parisienne, » « Les parisiens à la campagne, » « Les célibataires, » et le travail le plus important de la série, « Scènes de la vie privée. »

Balzac joue sur des éléments thématiques, notamment des personnages récurrents, tels que Raoul Nathan, un politicien qui apparait dans 19 œuvres, et Eugène de Rastignac, un dandy, financier et politicien qui apparait dans 28 œuvres de la série. Un élément prévalent dans toute l’œuvre est la description hautement détaillée que Balzac fait de la façon dont les personnages s’expriment. On ne peut que deviner que cela vient d’une vie passée à observer.

L’aspect le plus fascinant de Balzac se trouve à mon avis dans l’intensité et l’excentricité de ses habitudes de travail. Maintenant un strict emploi du temps, il écrivait de 1 heure à 8 heures chaque nuit, souvent plus longtemps, et était connu pour boire jusqu’à 40 tasses de café par jour pour alimenter son énergie au travail. Il écrivait rapidement, souvent avec une plume. Il pouvait écrire 15 heures de rang, parfois plus, et une fois se vanta même d’avoir travaillé 48 heures d’affilée à peine intercalées de trois heures de repos.

On retrouve régulièrement dans l’œuvre de Balzac les plus sombres aspects du comportement humain. Il décrit l’influence vaine de la haute société, qui l’attirait et le révulsait tout à la fois, de façon sardonique, souvent critique. Son ouvrage « La peau de chagrin » en est un flagrant exemple, avec ses thèmes de destruction et de scandale.

La peau de chagrin d’Honoré de Balzac.

Pour faire des rechercher sur ses personnages, Balzac se promenait souvent incognito dans les rues de Paris en prenant des notes en chemin ou en jetant ses idées sur le papier tandis qu’il s’aventurait dans la proximité de bordels sordides et d’humbles pensions de famille.

Bien qu’il se soit marié tard, Balzac eut une affaire alors que sa santé était en déclin. Un rythme de vie frénétique et des excès trop fréquents faisaient lentement leur œuvre. Cinq mois après son retour à Paris, avec seulement sa mère à ses côtés, Honoré de Balzac mourut. Son ami et confrère en écriture Victor Hugo écrivit son eulogie et fut un des porteurs du cercueil. Une statue fut plus tard érigée en son honneur près de sa tombe, au cimetière du Père Lachaise.

Pour de nombreux écrivains, y compris moi-même, Balzac mérite tous les lauriers que la littérature lui a accordés. Par son acuité d’observateur et son esprit critique à l’égard de la décadence qui l’entourait, il a tout à la fois magnifié et moqué la société. Il a laissé une empreinte dont les ondes se font encore sentir, invitant les écrivains du futur dans son sillage.

En découvrant son travail, nous découvrons l’objectivité des écrivains et leur travail. Pour citer Balzac lui-même : « Je déclare, en mon âme et conscience, qu’atteindre le pouvoir, ou un grand nom en littérature, m’a paru une victoire plus facile qu’un succès avec quelque jeune dame pleine d’esprit et de grâce. »

 

Cet article a été traduit en français par Anne-Cécile Baer Porter.

 

 


About the Author

was born in the United States but his heart belongs in the culture of Paris. His passion was born through self taught study of artists from Degas to Lautrec and writers as Genet and Rimbaud. His great love of French culture are symbolism poetry and, French cinema and history. He is a two time author and has written for several American publication as "The Desert Observer," Downtown Zen" and published two prose books: "The Musings" and "A Secret Kingdom". He lives in Las Vegas.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑