Fashion

Published on mai 30th, 2019 | by Christopher Cipollini

0

Anabella Corro : An Exclusive Interview with a Former Vogue Model

Comment êtes-vous arrivée dans le monde du mannequinat ? Comment êtes-vous devenue le premier mannequin Vogue Mexicain à Paris, Londres, etc…?

Je suis arrivée dans le monde du mannequinat grâce à mon fiancé Eric Burdon, de British invasion et Don Peterson, un des meilleurs photographes Rock d’Hollywood ; il était aussi le photographe personnel de Jimmy Hendrix et Bob Gordon.

Il me reste quelques photos de l’époque où j’avais 16 ans. J’étais déjà très photogénique. A Las Vegas, j’ai fini mes études avec l’extraordinaire Berni Lenz. C’est elle qui m’a guidée vers ma carrière professionnelle. Berni Lenz m’a assuré que je réussirais si je travaillais dur. Elle disait que j’avais la discipline et la passion pour réussir dans ce métier mais elle a ajouté que ce n’était pas aux Etats-Unis que cela se produirait, mais plutôt en Europe ou au Japon et ce fut le cas. Je tiens à lui exprimer ma gratitude.

J’ai d’abord rejoint l’agence Playboy et fait des publicités pour des cigares et du vin. Je sentais pourtant que ce n’était pas ce qu’il me fallait, alors j’ai signé avec une agence de Beverly Hills et un des meilleurs agents Japonais a remarqué mon book et a suggéré que j’aille au Japon avec un contrat d’un an pendant lequel je pourrais acquérir de l’ expérience. J’ai travaillé avec Kenzo, Issay Kijaki et Hanai Morning, Queen of the Butterfly Logo… C’était une formation enrichissante. Je me suis alors installée à Londres et Having Models on Bond St m’a prise sous contrat. Ils m’ont promue en me présentant comme une version Latine de Jerry Hall. Une autre publicité très importante pour Cadbury m’a fait connaître. J’étais la fille des Loukoums! Tony et Ridley Scott m’ont dirigée.

J’ai travaillé avec les meilleurs photographes de Londres, tels que John Swannel et Clive Arrowsmith, ainsi qu’avec des icônes de la coiffure comme John Frida. Clive Arrowsmith m’a inclus dans un livre qui vient d’être publié sur les personnes les plus influentes de la pop culture dans le domaine de la musique, des arts et de la mode, intitulé “Fashion, Beauty and Portraits with Arrowsmith”. Le Dalaï Lama est dans le livre ainsi que Mick Jagger, Jeff Beck, Pat Cleveland et Raquel Welch, entre autres.

Photos de Clive Arrowsmith, photographe de célébrités internationales

Avez-vous eu l’opportunité de faire partie de shows avec des designers comme Karl Lagerfeld ou YSL à Paris?

En arrivant à Paris, j’ai fait mes premières photos pour Vogue Paris avec une pub pour Thea Porter qui était une styliste étonnante. Plus tard, j’ai fait des photos pour Zandra Rhodes qui faisait la promotion de Punk Chic auprès des français.

Roman Polanski m’a recommandée auprès de Johnny Casa Blanca. Quand j’ai commencé à travailler principalement pour Vogue et Depeche Mode, Yves St Laurent m’a remarquée à l’ouverture du “Palace à Paris” et m’a invitée à participer à quelques défilés bien que je ne sois pas très grande. Saint Laurent adorait mon apparence exotique, puisque je suis à la fois Mexicaine et Danoise.

Je suis arrivée à Paris pour y travailler, je suis beaucoup sortie, et j’ai rencontré des gens merveilleux de la haute société parisienne. J’ai assisté à des événements avec Caroline de Monaco, Carmen De Bourbon, des gens fantastiques qui m’ont accueillie dans les cercles Cela m’a vraiment touché , je sais que les Parisiens ne s’ouvrent pas facilement et pourtant ils m’ont accueillie à bras ouverts. J’ai travaillé comme mannequin pendant trois ans et je dois dire que j’ai laissé mon cœur et un peu de moi à Paris, la ville des lumières.

Photo de Barry Latigan, photographe d’Hollywood

La mode et le mannequinat font-ils toujours partie de votre vie ?

Oui, j’ai récemment assisté à plusieurs événements de mode avec un styliste mexicain brillant qui s’est formé à Paris et à Milan. Il s’appelle José Yanez c’est un designer exceptionnel. Il m’a invitée à être son modèle exclusif, il a été un fan de mon travail depuis ses années d’études.

J’organise aussi des ateliers de mannequinat pour de jeunes modèles qui ont une réelle passion pour cette profession et la mode. Je suis en train d’écrire un livre intitulé “Le Glamour éternel de la vie”. Je cherche des fonds pour ce livre puisque publier est devenu plutôt difficile.

Aujourd’hui, quelle est votre mannequin favorite d’origine Mexicaine et pourquoi ?

En ce moment, j’aime les sœurs Habib. Je ne connais vraiment aucun mannequin Mexicain mais je suis sûre qu’il y a des femmes superbes là-bas.

Vu de l’extérieur, quelle disparité remarquez-vous entre les mannequins plus âgées et la génération suivante de top models américains?

Je pense que si vous avez pris soin de vous, vous pouvez être sans âge. Des gens comme Iman, ma contemporaine, ou Pat Cleveland, Christy Brinkley, Grace Jones et Beverly Johnson ont toutes la soixantaine et sont des beautés intemporelles. Elles sont un exemple pour les filles plus jeunes. Je dois dire que j’ai vécu l’époque la plus excitante de la mode, de la culture et de la musique. J’ai remarqué que les jeunes filles aujourd’hui imitent les tendances de la mode de ma génération. Elles portent toutes les vêtements que nous portions à Vogue et qui sont devenus des classiques.

Cet article a été traduit en français par Anne-Cécile Baer Porter.


About the Author

est né aux États-Unis mais son cœur appartient à la culture parisienne. Sa passion est née de l'étude autodidacte d'artistes allant de Degas à Lautrec et d'écrivains comme Genet et Rimbaud. Son grand amour de la culture française est la poésie symbolique et le cinéma français ainsi que l’histoire. Auteur à deux reprises, il a écrit pour plusieurs publications américaines "The Desert Observer", "Downtown Zen" et a publié deux ouvrages en prose: "The Musings" et "A Secret Kingdom". Il vit à Las Vegas.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑