Art & Culture

Published on June 8th, 2019 | by Tyson Thompson

0

[:en]Retrospective: 2019 Las Vegas Film Festival [:fr]Rétrospective : Festival du film de Las Vegas 2019[:]

[:en]Independent cinema was alive and well in downtown Vegas under the city’s brightest lights. The Las Vegas Film Festival delivered in its 12th year another lively experience for those seeking a break from the monotony of typical films. The selections of films encompassing the week long fest were as unique as they were culturally diversified. There was lots of creative energy in the air as filmmakers and crew interacted with attendees to share a mutual passion for film in between screenings. The festival volunteers were accommodating and in good spirits to discuss a variety of film topics with guests. Equipped with a full bar and lounge area for the artists, the Inspire Theater served as a perfect venue for the film festivities. This eclectic Festival in Las Vegas has become known for hosting films that share an unconventional perspective, and this year didn’t disappoint.

Notable Films

Las Sandinistas! Director: Jenny Murray

A gritty documentary that comes straight from the source and shows us the struggle of those willing to fight for freedom under a Tyrannical government. Through candid archival footage we get a firsthand look at the Female Nicaraguan Revolution that took rise in the early 1970’s and 80’s. These women known as Sandinistas, played a pivotal role in the warfare and tactical force that opposed the corrupted system imposing fear into the impoverished lower class. Although the bravery of these trained assassins is definitely worth admiring, some of the accounts of the brutality are equally as gut wrenching.

Dona Maria Tellez, one of the central leaders and activists engaging in the war against former Nicaraguan president Daniel Ortega, is the voice of many women silenced by this very government. Director Jenny Murray is careful not to embellish any of the stories of these female soldiers who often operated in secrecy, but to leave the facts clearly on the table. The brunt of the emotional impact comes from the sacrifice and disillusionment these women faced that forced them to pick up a gun and pull a trigger. All this done with the hopes of a better life and future for their families. Still none of the women we see leading their squads into battle against the dictatorship regime become bigger than the movement itself. “We had this idea that we were thousands, and then we realized we were just hundreds of kids fighting,” said one soldier. This isn’t a glorious ride with a storybook ending, but one that is extremely relevant today more than ever.

Death To False Hipsters – Director: Kathrina Bognot

There was some anticipation and hype behind this local feature project that was nearly five years in the making, and shot against the backdrop of downtown Vegas. Director Kathrina Bognot won the Johnny Brenden Filmmaker grant as a UNLV student, and used the funds to create this clever offbeat comedy about the misadventures of two best friends named Alan and Phil, played amazingly by Kevin Smith and Andrew Jacobsen. They aren’t too happy about a new breed of hipsters on the scene wreaking havoc in their town. Even a true hipster would tip their cap to the accuracy depicted with the wardrobe and mannerisms of these so called “false hipsters.” The talented Ashley Campbell plays Cherise, the modest but gullible damsel caught in the middle of this emotional mess. The colors in the film are loud and vibrant and there is an underlying message on human nature that may get lost among all the crude jokes and millennial slang. Through the missteps of these misguided characters there is even a small touch of heartfelt emotion that comes in the form of romance. Now putting all seriousness aside, brace yourself for a wacky ending.

Alternative Therapy – Director: Roberto Raad

A short film that shows some intensity and intrigue before we are blindsided with a barrage of in your face humor. This not so subtle comedy directed by Roberto Raad who is also in the lead role, received the most festival laughs by far. Alternative Therapy is relatively simple in its approach and sustains its balance with genuine and spontaneous character interaction. The Las Vegas based Raad is in his element as the oddly eccentric therapist faced with helping his hapless patients deal with everyday life issues. His somewhat cynical character eventually breaks character and his true colors are openly exposed to the bewilderment and indulgence of his patients. The personality dynamics at play in each session are definitely fun to watch develop. Versatile actress Mabel Maultsby has the most awkward encounter with Raad’s character leading to a memorable substance induced frenzy. Supporting actor Cody LeBeoeuf and the rest of the cast also pull their acting weight with a dialogue driven script centered around one setting. Some interesting camera work and use of lighting from cinematographer Joel Martinez helped to make the film visually appealing.  It is a potent mix of boisterous and witty, paired together with great on screen chemistry that makes Alternative Therapy a beautiful spectacle to watch.

[:fr]Le cinéma indépendant était bien vivant au centre-ville de Vegas sous les plus radieuses lumières de la ville. Le Festival du film de Las Vegas a livré, pour sa douzième année, une autre expérience à ceux qui cherchent une pause dans la monotonie des films classiques. Les sélections de films englobant le festival d’une semaine étaient aussi uniques que culturellement diversifiées. Il y avait beaucoup d’énergie créative dans l’air lorsque les cinéastes et l’équipe de tournage ont échangé avec les participants afin de partager leur passion commune du film entre les projections. Les bénévoles du festival se sont montrés accommodants et de bonne humeur pour discuter de divers sujets liés au film avec les invités. Doté d’un bar et d’un coin salon pour les artistes, le théâtre était un lieu idéal pour les festivités cinématographiques. Ce festival éclectique de Las Vegas est devenu incontournable pour accueillir des films qui partagent une perspective peu conventionnelle.  Cette année encore il n’a pas déçu.

Les films notables

Las Sandinistas!Directeur : Jenny Murray

Un documentaire graveleux  qui nous montre la lutte de ceux qui sont prêts à se battre pour la liberté sous un gouvernement tyrannique. Des images d’archives prises sur le vif nous donnent un aperçu de la Révolution nicaraguayenne du début des années 70 et 80. Ces femmes, appelées sandinistes, ont joué un rôle crucial dans la guerre et la force tactique opposées au système corrompu imposant la peur à la classe inférieure appauvrie. Bien que la bravoure de ces assassins entraînés mérite assurément d’être admirée, certains des récits de brutalité sont tout aussi déchirants.

Dona Maria Tellez, l’une des dirigeantes et militantes engagées dans la guerre contre l’ancien président du Nicaragua, Daniel Ortega, est la voix de nombreuses femmes réduites au silence par ce même gouvernement. La directrice, Jenny Murray, veille à ne pas embellir les histoires de ces femmes soldats qui opéraient souvent dans le secret, mais à mis les faits clairement sur la table. L’impact émotionnel provient principalement des sacrifices et de la désillusion auxquels ces femmes ont été confrontées et qui les ont obligés à prendre un pistolet et à appuyer sur une gâchette. Tout cela est fait dans l’espoir d’une vie meilleure et d’un avenir meilleur pour leurs familles. Encore aucune des femmes que nous voyons, conduisant leurs escouades dans la bataille contre le régime de dictature, ne deviennent plus grandes que le mouvement lui-même. «Nous avions l’idée que nous étions des milliers, puis nous avons réalisé que nous étions juste des centaines d’enfants se battant», a déclaré un soldat. Ce n’est pas un tour glorieux avec une fin de livre de contes, mais un sujet extrêmement pertinent aujourd’hui plus que jamais. 

Death To False Hipsters – Directeur : Kathrina Bognot

Il y avait une certaine anticipation et du battage publicitaire derrière ce projet de long métrage local qui était en préparation depuis près de cinq ans et tourné dans le centre-ville de Vegas. La réalisatrice Kathrina Bognot a remporté la bourse du réalisateur Johnny Brenden en tant qu’étudiante à l’UNLV. Elle a utilisé ces fonds pour créer cette comédie originale et décalée sur les mésaventures des deux meilleurs amis, Alan et Phil, interprétée à la perfection par Kevin Smith et Andrew Jacobsen. Ils ne sont pas très heureux de l’arrivée d’une nouvelle génération de hipsters qui ravagent leur ville. Même un vrai hipster ferait toute sa différence avec la précision décrite dans la garde-robe et les manières de ces soi-disant «faux hipsters». La talentueuse Ashley Campbell interprète Cherise, la demoiselle modeste mais crédule prise au milieu de ce désordre émotionnel. Les couleurs du film sont fortes et vibrantes et il y a un message sous-jacent sur la nature humaine qui peut se perdre parmi toutes les blagues grossières et l’argot millénial. À travers les faux pas de ces personnages égarés, il y a même une petite touche d’émotion sincère qui se présente sous la forme d’une romance. Maintenant, mettez tout le sérieux de côté et préparez-vous pour une fin farfelue. 

Alternative Therapy – Directeur : Roberto Raad

Un court métrage qui montre de l’intensité et de l’intrigue avant que nous ne soyons aveuglés par un déferlement d’humour. Cette comédie pas si subtile réalisée par Roberto Raad, qui est également dans le rôle principal, a de loin reçu les ricanements les plus nombreux du festival. Alternative Therapy est relativement simple dans son approche et maintient son équilibre avec une interaction de caractère authentique et spontanée. Le Raad basé à Las Vegas est dans son élément en tant que thérapeute étrangement excentrique qui aide ses patients infortunés à faire face aux problèmes de la vie quotidienne. Son caractère quelque peu cynique finit par briser le caractère et ses vraies couleurs sont ouvertement exposées à la stupéfaction et à l’indulgence de ses patients. La dynamique de la personnalité en jeu à chaque session est définitivement agréable à regarder. L’actrice polyvalente Mabel Maultsby a vécu la rencontre la plus délicate avec le personnage de Raad, ce qui a entraîné une frénésie mémorable. L’acteur Cody LeBeoeuf et le reste de la distribution tirent également leur épingle du jeu avec un scénario basé sur le dialogue et centré autour d’un décor. Un travail de caméra intéressant et l’utilisation de l’éclairage du directeur de la photographie Joel Martinez ont contribué à rendre le film attrayant. C’est un mélange puissant et spirituel, associé à une excellente chimie à l’écran qui fait de la thérapie alternative un magnifique spectacle à regarder.[:] 


About the Author



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to Top ↑