Art & Culture

Published on juin 19th, 2019 | by William Thoral

0

Roland Garros, une légende de l’aviation

L’édition 2019 du tournoi de Roland Garros s’est achevée le 9 juin en France.

Voici donc l’occasion de revenir sur celui qui a donné son nom au mythique tournoi. Lieutenant pilote lors de la première guerre mondiale, Roland Garros est né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de La Réunion.

Après une enfance passée avec ses parents en Cochinchine, il débarque seul à l’âge de douze ans à Paris pour y poursuivre sa scolarité.

L’affiche d’un événement “Grande Semaine d’Aviation” en 1909. Photo de Wikipédia.

À vingt ans, il assiste à la  grande semaine d’aviation de la champagne qui a lieu à Sapicourt. Ce sera un déclencheur pour lui : il deviendra aviateur. Le jeune pilote écume alors les tournois d’aviation, avec en tête le projet fou de traverser un jour la mer Méditerranée en avion.

C’est le 23 septembre 1913 qu’il réalisera cet exploit en 7 heures et 53 minutes, à bord de son monoplan Morane-Saulnier, ralliant la ville de Bizerte en Tunisie, après un départ de la base de Fréjus-St-Raphaël.

La première guerre mondiale éclatant l’année suivante, le jeune homme sera engagé dès le 2 Août 1914 comme soldat dans l’escadrille Morane-Saulnier MS23. Il participera à de nombreuses missions avant d’être affecté au camp retranché de Paris où il travaillera à l’amélioration des avions. Roland Garros retourne en 1915 au front dans l’escadrille MS26 et enchaîne trois victoires aériennes en à peine quinze jours. Le 18 avril, touché lors d’une mission au-dessus de la Belgique occupée, le sous-lieutenant Garros sera fait prisonnier.

Roland Garros pose debout dans le poste de pilotage d’un monoplane, vers 1910-1911. Photo de Smithsonian – National Air and Space Museum.

Plusieurs fois transféré de prison en prison, il parviendra à s’évader du camp de Magdebourg en Allemagne en février 1918 et sera élevé au grade d’officier de la légion d’honneur. Le 2 octobre 1918, Roland Garros alors intégré à l’escadrille SPA26, remporte sa quatrième et dernière victoire aérienne. La veille de ses 30 ans, le 5 octobre, son SPAD explosait en l’air lors d’un combat contre des Fokker D.VII.

Aujourd’hui, son nom reste associé au tournoi des Internationaux de France de tennis, car il se déroule dans le stade qui porte son nom depuis sa construction en 1928. S’il avait en effet joué au tennis en amateur durant sa jeunesse, il avait surtout intégré le Stade Français en 1906 pour y pratiquer le Rugby, grâce au parrainage de son ami Emile Lesieur. Ce dernier, alors devenu président de l’association en 1927, demanda à ce que le nom du futur stade de tennis construit pour la coupe Davis à venir porte le nom de son ami.

Cet article a été traduit en anglais par John Wilmot.


About the Author

a grandi à Provins, une ville médiévale classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il vit actuellement en Vendée. Il est passionné depuis son enfance par l'univers des mangas (Les Chevaliers du Zodiaque, Fly ou Chroniques de la Guerre de Lodoss), des jeux vidéo (Final Fantasy VII, Secret de Mana et Zelda) et des histoires héroïques - Fantasy par JRR Tolkien, David Gemmell et Terry Goodkind. Il décide alors de créer des personnages et un monde où la magie règne, où rien n'est impossible, où le courage et la volonté transcendent les êtres. Ainsi, son livre Cristar est né, l'épée de la légende, dont le tome 1 a été publié en 2012. Les nombreux impacts positifs des lecteurs et de la presse locale étaient justes pour l'auteur : la suite vient d'apparaître.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑