Art & Photographie

Published on juillet 11th, 2017 | by Isabelle Karamooz, Founder of FQM

0

Interview de Laurence de Valmy, artiste francaise contemporaine sur New York

Laurence de Valmy dans son studio. Photo de Renée Riccardo.

Je suis heureuse d’accueillir sur French Quarter Magazine Laurence de Valmy, une artiste dont les peintures m’ont séduite dès le premier regard ! J’ai découvert une artiste non seulement de grand talent mais aussi très généreuse. Au début du mois d’avril 2017, Laurence a intégré l’ESKFF, la fondation de la collectionneuse d’art Eileen Kaminsky et l’une des deux résidences d’artistes de Mana Contemporary à Jersey City (New Jersey). Elle s’est vue accorder un studio de travail pour une durée de trois mois dans cette institution artistique de renom. Aux Etats-Unis, ces résidences sont souvent financées par des fondations privées qui permettent aux artistes locaux et internationaux de se consacrer entièrement à leur projet artistique. Laurence nous accorde un peu de temps entre deux coups de pinceaux et la préparation de sa prochaine exposition qui démarre en juillet à New York pour répondre à notre interview. 

French Quarter Magazine : Bonjour Laurence de Valmy, pouvez-vous présenter l’artiste peintre que vous êtes en quelques mots?

Laurence de Valmy : Je suis une artiste peintre française figurative. Mon principal objectif est de pouvoir créer et partager des instantanés colorés et lumineux afin de provoquer chez la personne qui regarde le tableau un sentiment positif. Ayant une vision de la vie assez positive, je veux pouvoir transmettre ce sentiment à travers ma peinture.

French Quarter Magazine : Qu’est-ce qui, selon vous, vous a orienté vers la peinture plutôt qu’un autre mode d’expression ?

Laurence de Valmy : J’ai essayé d’autres modes d’expression… J’ai fait un peu de musique mais je n’ai jamais eu cette impression d’alignement comme je l’ai avec la peinture. Donc je n’ai jamais été vraiment tentée par autre chose. D’autres artistes vont préférer la danse, la musique etc. Pour moi, c’est la peinture. Par ailleurs, ma mère est également peintre donc cela a été un choix très naturel…

French Quarter Magazine : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles l’orientation de votre travail et de quelle manière ?

Laurence de Valmy : Je suis venue à la peinture professionnelle après différentes étapes. J’ai commencé à faire de la peinture quand j’étais adolescente. Après le lycée, j’ai choisi de poursuivre des études de business qui m’ont amenée à une carrière en entreprise et j’ai continué à peindre en parallèle. En 2003, j’ai pris une année sabbatique et je suis partie aux Etats-Unis où je me suis consacrée entièrement à la peinture. Ce séjour américain m’a permis de découvrir le réalisme contemporain américain qui est né un peu après le Pop Art et qui a beaucoup influencé mon travail et ce que je fais aujourd’hui. De retour en France, prise entre ma carrière et fonder une famille, j’ai eu moins de temps pour mon travail artistique. En 2013, mon mari et moi avons décidé de venir vivre à nouveau aux Etats-Unis et avec ce changement de vie, j’ai eu la possibilité de m’y remettre. Donc oui, ma vie a forcément influencé mon parcours.

French Quarter Magazine : Comment définiriez-vous votre travail artistique ? Que dites-vous de vos œuvres à une personne qui ne les a jamais vues ?

Laurence de Valmy : Je fais des peintures volontairement positives car ma conviction est que notre humeur est influencée par ce qui nous entoure. Si nous pouvons admirer de belles choses, nous avons un sentiment de zénitude plus important. Plus récemment, j’ai développé la série POST sur laquelle j’ai travaillé pour la résidence à l’ESKFF, qui revisite l’histoire de l’art à travers d’Instagram imaginaires de peintres célèbres combinant une peinture et des dialogues entre l’artiste et ses amis. A travers ce travail d’appropriation, mon objectif est de partager ma passion de l’art et d’inviter à redécouvrir ces œuvres si célèbres, que l’on finit presque par ne plus les voir tellement elles font partie de notre patrimoine culturel.

French Quarter Magazine : Avec quel artiste d’art aimeriez-vous entretenir une discussion ? Et pourquoi ?

Laurence de Valmy : Dans ceux qui sont encore vivants, ce serait David Hockney ! C’est quelqu’un que j’admire énormément tant pour son œuvre artistique que pour sa vision de la vie et pour sa large connaissance de l’histoire de l’art. C’est un homme très cultivé qui a beaucoup écrit sur l’art et son évolution. Il a par exemple écrit un livre passionnant (Secret Knowledge : Rediscovering the Lost Techniques of the Old Masters NDLR) sur l’étude des techniques utilisées par les grands maîtres de la Renaissance italiens ou hollandais. Il y démontre comment ces peintres utilisaient la chambre noire ce qui explique le niveau de précision qu’ils obtenaient. C’est quelqu’un qui vraiment à un champ de connaissance impressionnant et j’adore sa peinture très colorée et très positive.

French Quarter Magazine : Selon vous, à partir de quel moment un artiste, un photographe, un musicien, un peintre… devient un artiste ?

Laurence de Valmy : Je crois que nous pouvons tous être artiste à tout moment de notre vie et aujourd’hui, avec un smartphone, nous pouvons tous transformer un cliché banal du quotidien en quelque chose de très beau. A partir du moment où ce que l’on crée permet d’exprimer quelque chose, je pense qu’on est artiste. Evidemment, il ne faut pas confondre être artiste, faire des choses artistiques et vivre de son art. Là, effectivement c’est autre chose. Ma conviction est que le besoin de créer est inné : les hommes des cavernes ont peint sur les murs alors qu’ils avaient à peine satisfait leur besoins vitaux de manger, d’avoir chaud et d’être en sécurité. Selon moi, cette envie de créer existe depuis toujours et à travers toutes les civilisations, simplement plus ou moins selon les individus. Nous pouvons tous être artistes mais pas forcément vivre de notre art.

French Quarter Magazine : Quelle exposition d’un autre artiste vous a le plus marqué ?

Laurence de Valmy : Je ne sais pas si je peux parler d’exposition mais j’ai un souvenir très marquant de ma première visite au Musée d’Orsay lorsqu’il a ouvert au public à la fin des années 80. Pour moi, ce fut un énorme coup de cœur. Je me rappelle de façon précise avoir découvert l’Olympia de Manet. Cette toile m’a touchée plus particulièrement et m’a amenée à m’intéresser à Manet et à son œuvre encore plus qu’aux Impressionnistes. On l’associe aux Impressionnistes dont il était très proche mais il a toujours gardé son indépendance et selon moi a fait la transition entre Courbet et les Impressionnistes.

French Quarter Magazine : Quel est votre plus fort souvenir d’artiste ?

Laurence de Valmy : Il y a eu une étape psychologiquement importante pour moi lorsqu’en 2004 je suis rentrée en France après mon année passée aux Etats-Unis. J’ai été contactée par deux jeunes femmes pour participer à une vente aux enchères d’artistes contemporains chez Drouot. Cela a été assez flatteur pour moi d’avoir des toiles chez Drouot et d’avoir des acheteurs même si je n’étais pas cotée. Elles ont été vendues à un prix modeste mais psychologiquement, cela m’a donné l’idée que c’était possible.

French Quarter Magazine : Vous vendez vos toiles en ligne principalement ?

Bigger Splash de David Hockney.

Laurence de Valmy : c’est plutôt un mix… certaines de mes toiles sont disponibles sur saatchiart.com et d’autres le sont plutôt à travers des expositions. Je suis heureuse d’annoncer que la curatrice Renée Riccardo m’a proposé de présenter ma série POST dans l’exposition Wrap around 13 qui aura lieu à New York chez Arena Suite 806 et dont le vernissage aura lieu le 15 juillet.

French Quarter Magazine : Artistiquement parlant, y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

Laurence de Valmy : Oh oui, il y en a plus d’un (rires) ! J’aime à penser que ma carrière est devant moi. Aujourd’hui, je suis encore très jeune dans ma carrière d’artiste. Je pense que le rêve de tout artiste est que son travail soit reconnu. Cette reconnaissance peut avoir plusieurs facettes bien sûr. Etre représentée dans une galerie où l’art dealer travaille en sorte que ses artistes gagnent en visibilité auprès de collectionneurs et de professionnels influents, cela fait bien sûr rêver… et simplement de pouvoir continuer à faire ce que j’aime !

French Quarter Magazine : Je vous remercie Laurence pour cette interview artistique passionnante. Au plaisir de contempler vos créations !

Retrouvez les œuvres de Laurence de Valmy ici !

ldevalmy.com

FB

Instagram

Exposition Wrap around 13: Laurence de Valmy, George Horner, Karen Lederer, organisée par Renée Riccardo, ARENA at Suite 806, 89 Fifth Avenue, New York, NY. Vernissage le 15 juillet, 2-5pm. L’exposition sera visible jusqu’en novembre (sur rendez vous).

 

 

 


About the Author

was born in the royal city of Versailles, France and have lived in the United States since 1996. After earning a Bachelor's degree in History from the University of California Berkeley and studying for a Master program in education at the University of Southern California, she went on to teach French to aspiring UNLV and CSN students in Nevada. When she is not teaching, she is writing, interviewing people in a wide range of circumstances, pitching story ideas to writers and editors, taking pictures, traveling, painting or trying delicious foods.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑