Interviews

Published on juillet 23rd, 2018 | by Isabelle Karamooz, Founder of FQM

0

Interview de Florence Bonthoux, directrice et Pâtissière de “Les Délices de Lavoûte”

Après ses études universitaires, des petits boulots sans vraiment trouver sa voie, à quarante ans Florence Bonthoux fait le point pour savoir ce qu’elle aime vraiment. Les circonstances ont fait que la pâtisserie, c’est imposé à elle. Elle trouve une formation pour adulte en 2011 – 2012. Ensuite, elle commence à travailler dans des restaurants pour y faire de la pâtisserie car le travail en boutique ne lui correspondait pas vraiment. Parallèlement à cela, son amie Frédérique qui pensait depuis quelques temps déjà à ouvrir des chambres d’hôtes, lui suggéra de s’associer : ce fut là une évidence. Après avoir découvert la maison idéale, l’idée a germé : ce serait chambres d’hôtes et salon de thé. Malheureusement les circonstances et la localisation ont fait qu’il était impossible d’ouvrir un salon de thé. Qu’importe, elles décident d’ouvrir un laboratoire de pâtisserie en parallèle avec les chambres d’hôtes. Aujourd’hui, Florence travaille sur commande pour des particuliers et organise toutes sortes d’évènements. Elle a cherché son bonheur pendant des années mais aujourd’hui elle l’a trouvé dans la pâtisserie.

 

Photo de John Wilmot.


French Quarter Magazine :
Quelques mots sur vos chambres d’hôtes, décrivez-nous votre maison?

Florence Bonthoux : Notre maison est un ancien moulin. Nous avons déjà un bâtiment qui est très joli à la base. Nous avons pu faire dans cette maison trois chambres d’hôtes où nous pouvons accueillir jusqu’à huit personnes. Il y a deux chambres doubles et une chambre plus grande qui peut accueillir, deux, trois ou quatre personnes. Nous proposons aussi la table d’hôtes c’est-à-dire que les gens qui dorment sur place peuvent y prendre également le repas du soir.

Photo d’Isabelle Karamooz.

 

Photo d’Isabelle Karamooz.

 

French Quarter Magazine : Quels sont vos points forts, vos atouts en terme d’accueil ?

Florence Bonthoux : Je pense que notre point fort c’est d’être attentifs et attentionnés. Je vois bien que c’est ce qui plaît à nos hôtes. Nous sommes tous pareils, nous aimons être chouchoutés. Nous sommes curieuses et contentes de partager avec eux ces moments.

French Quarter Magazine : Pouvez-vous nous donner quelques adresses aux alentours, lieux à visiter, activités de pleine air et détentes/loisirs?

 

Château de Lavoûte-Polignac. Photo d’Isabelle Karamooz.

 

Florence Bonthoux : Il y a un patrimoine à la fois historique, naturel et gastronomique très riche en Auvergne. Le plus proche est le château de Lavoûte-Polignac, un château millénaire aujourd’hui qui a abrité la famille Lavoûte-Polignac pendant des siècles. Il est à visiter. il se trouve juste à l’entrée du village, près de chez nous. Aux alentours, il y a la forteresse de Polignac qui était aussi une propriété de la famille Lavoûte-Polignac. Il y a différents châteaux qui sont les premiers châteaux sur la Loire, les plus anciens, les plus en amont au bord de la Loire.

 

A droite, le livre d’or du Château de Lavoûte-Polignac dans lequel Charlotte de Valentinois a signé lors de sa visite au château en septembre 1916. Elle était l’épouse de Pierre de Polignac et la grand-mère d’Albert II de Monaco. A gauche, il y a une horloge dans un cadre en bois avec un motif de fleurs qui donne encore l’heure et a été donnée par Pierre à sa future épouse vers 1920. Photos d’Isabelle Karamooz.

 

Il y a de nombreuses activités de pleine air, entre autre dans le village, le chemin qui mène à Saint Jacques de Compostelle : un chemin de pèlerinage très renommé en France et à l’étranger. Nous avons également de nombreuses activités comme le canoé et la randonnée. Au-delà du chemin de Compostelle, il y a le chemin de Stevenson qui est un chemin de pèlerinage pratiqué depuis des lustres. Pour la randonnée, il y a le Puy en Velay qui recèle des bâtiments, de véritables joyaux d’architecture. Quant à la gastronomie en Auvergne, nous avons principalement les fromages et la charcuterie qui valent le détour.

French Quarter Magazine : Quels types de personnes accueillez-vous  dans vos chambres d’hôtes ?

Florence Bonthoux : Nous accueillons beaucoup d’étrangers. Cette année surtout on a des gens du monde entier : des Japonais, des Russes, des Américains, des Tchèques, beaucoup de gens d’Europe du nord, des Hollandais, des Anglais, des Belges, des Allemands mais aussi des Italiens et des Espagnols. Nous avons également reçu des touristes d’Amérique latine (des Argentins, des Chiliens), et beaucoup d’Australiens, Néo-Zélandais. Nous avons aussi des Français des grandes villes aux alentours comme Lyon, Saint-Etienne etc. Ils viennent passer un week-end à la campagne. Ils ont peu de trajet à faire, passent le week-end et rentrent chez eux.

French Quarter Magazine : Selon vos observations vos hôtes ont-ils des attentes particulières ?

Photo d’Isabelle Karamooz.

Florence Bonthoux : Non. Pas de caprices ou de folies comme il peut y en avoir j’imagine à Las Vegas, ces  gens qui ont des demandes extraordinaires. Nous avons une clientèle touristique particulière qui recherche ce qu’on appelle le tourisme vert, c’est-à-dire un tourisme proche de la nature, avec ce besoin d’être en contact avec elle, des choses simples, pas de chose extravagante. Je pense que si on avait ouvert des chambres d’hôtes à Saint-Tropez, à Nice ou à Cannes, la clientèle aurait été différente, plus farfelue.

French Quarter Magazine : En moyenne combien durent les séjours de vos locataires ?

Florence Bonthoux : Ils sont assez courts. Je dirais deux jours mais nous avons beaucoup de séjours d’une nuit. Pendant les périodes de vacances, nous avons des séjours de quatre à huit nuits.

French Quarter Magazine : Quand êtes-vous ouvert dans l’année ?

Florence Bonthoux : Trois cent soixante-cinq jours par ans pour l’instant mais nous sommes ouverts tout le temps car moi, j’ai la pâtisserie et je travaille en continu. En décembre, ce sera notre deuxième année de pleine d’activité. Nous arrivons à déterminer aujourd’hui que la période la plus calme, aussi bien pour la pâtisserie que pour les chambres d’hôtes, c’est l’hiver c’est-à-dire février et mars.

Photo d’Isabelle Karamooz.

 

Photo d’Isabelle Karamooz.

 

Photo d’Isabelle Karamooz.

 

Photo d’Isabelle Karamooz.

 

French Quarter Magazine : Les ateliers pâtisseries sont-ils proposés aux locataires ?

Florence Bonthoux : Oui, ils sont proposés aux locataires dans le cadre de leur séjour chez nous. Souvent, nous nous arrangeons avec la personne qui prépare son séjour en amont (en fonction des disponibilités de chacun). Généralement les cours ont lieu l’après-midi, les personnes arrivent assez tôt le temps de s’installer. Souvent nous préparons le dessert pour le repas du soir. C’est quelque chose qui est assez formidable notamment quand il y a des enfants. Ceux qui participent au cours de pâtisserie sont très fiers quand ils arrivent à table le soir de montrer leurs « petits chefs d’œuvre. » C’est très touchant !

French Quarter Magazine : Quelles sont vos pâtisseries favorites ?

Florence Bonthoux : Ma spécialité, c’est la Pavlova, un gâteau qui se compose d’une meringue, d’une crème Chantilly et de fruit frais. C’est ce que je fais le plus régulièrement car il se trouve que c’est un gâteau que nous trouvons rarement dans les pâtisseries. Dans la région, je suis la seule à la réaliser. Les gens viennent d’assez loin pour venir chercher « leur Pavlova. »

Florence Bonthoux et sa Pavlova. Photo d’Isabelle Karamooz.

 

French Quarter Magazine : C’est votre « coup de cœur » ?

Florence Bonthoux : Oui. Mon deuxième coup de cœur, c’est un gâteau que j’ai découvert, il n’y pas très longtemps. Il s’appelle le Megève, c’est un gâteau au chocolat qui fait généralement l’unanimité et qui se compose aussi de meringue et d’une ganache au chocolat. Il est très simple, beaucoup moins flamboyant que la Pavlova, qui resplendit de mille couleurs, mais il est tout aussi bon.

French Quarter Magazine : Le Megève qu’est-ce que c’est exactement ? Pourquoi ce nom ?

Florence Bonthoux : Megève est une ville de Haute Savoie, c’est une station de ski, mais je ne sais pas pourquoi le gâteau porte son nom mais ça lui va bien.

French Quarter Magazine : Avez-vous une page Facebook ?

Florence Bonthoux : Oui : Page Facebook : https://www.facebook.com/lesdelicesdelavoute/
Site internet :      http://www.lesdelicesdelavoute.com/

French Quarter Magazine : Peut-on réserver une chambre en ligne ?

Florence Bonthoux : Pour réserver une chambre d’hôte en ligne il faut passer par le planning de réservation en ligne de notre site internet ou bien nous envoyer un mail ou nous appeler.

 

Photo de John Wilmot.

 

Cet article a été traduit en anglais par John Wilmot.

 


About the Author

was born in the royal city of Versailles, France and have lived in the United States since 1996. After earning a Bachelor's degree in History from the University of California Berkeley and studying for a Master program in education at the University of Southern California, she went on to teach French to aspiring UNLV and CSN students in Nevada. When she is not teaching, she is writing, interviewing people in a wide range of circumstances, pitching story ideas to writers and editors, taking pictures, traveling, painting or trying delicious foods.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑