Art & Culture

Published on janvier 8th, 2018 | by Laurence de Valmy

1

Kelly Reemtsen: une femme féministe et artiste

Dans le contexte récent du mouvement #metoo et de la reprise du débat sur l’égalité des sexes, l’œuvre de l’artiste Kelly Reemtsen, basée à Los Angeles, est plus pertinente que jamais.

Son récent tableau “RESISTER”, dans lequel elle a joué avec le mot français “Résister” et RE-SISTER m’a frappée. Cela m’a évoqué la gravure faite dans la pierre d’Aigues-Mortes par la protestante française Marie Durand (1711-1776) qui a passé 37 ans en prison à cause de sa foi. Des époques différentes, des raisons différentes mais un même mot puissant.

Nous nous sommes rencontrées à Art Miami, où ses peintures étaient exposées, par la David Klein Gallery de Detroit et la Lyndsey Ingram Gallery de Londres.

Kelly Reemtsen.

Si son style de peinture, jouant sur la texture, a été influencé par l’artiste californien Wayne Thiébaud, Kelly Reemtsen a créé un univers bien à elle. Ses peintures lumineuses et colorées de femmes (toujours coupées aux épaules), habillées à la mode, sur de hauts talons, tenant des outils de construction ou grimpant sur une échelle sont devenues sa signature. Elle crée des contrastes saisissants entre un style très féminin et une attitude puissante. Elle est aussi une sculptrice de talent et elle adore travailler sur des gravures pour le défi qu’elles représentent.

Kelly Reemtsen.

Son travail, qui peut sembler à première vue « girly » porte un message profond sur l’autonomisation des femmes. En effet, Kelly Reemtsen et son «armée de femmes» nous rappellent que les femmes peuvent tout faire… mais qu’il reste encore beaucoup à faire en termes d’égalité des sexes comme l’ont souligné les événements récents. Sa série de femmes sur des échelles ou des chaises aborde le sujet de l’ascension sociale et du plafond de verre, qui existe encore souvent. Kelly Reemtsen a eu la gentillesse de partager sa vision, ses dernières œuvres, ses prochains projets et ses rêves.

 

J’ai lu dans une interview précédente que votre inspiration provenait d’une publicité dans un magazine des années 50 avec une femme et un tuyau avec la question «Les femmes peuvent-elles arroser le jardin?» Est-ce d’où vient votre série?

Oui. Il y avait même une autre annonce encore plus triste: c’était une femme assise sur un lit dans une attitude déprimée et le titre était “célibataire et trentenaire?” Je suppose qu’il a résonné parce que j’étais dans cette position!

Kelly Reemtsen.

Votre travail, sur l’autonomisation des femmes, semble bien capturer notre époque dans le contexte de la récente campagne #metoo qui a encouragé les femmes à s’exprimer. Que pensez-vous de cette évolution?

Je pense qu’il y a une évolution mais il y a encore beaucoup à faire. Par exemple, lorsque certaines personnes demandent aux victimes pourquoi elles n’ont pas parlé plus tôt, alors que nous savons tous pourquoi. Si je me lance sur le sujet, je peux vite m’enflammer!

Vous considérez-vous comme une artiste féministe? Oui. En fait, je suis une femme féministe qui se trouve être artiste. Mes peintures sont autobiographiques et pourtant anonymes, donc chaque femme peut se voir en elles. Une de mes collectionneuses m’a dit que son mari disait: «C’est toi» quand il voit leur peinture. Et ce n’est pas juste un dialogue; ce sont de nombreuses femmes qui se voient en elles. J’ai pensé à toutes les femmes qui ont posé pour moi tout au long de ces années. Grace à elles j’ai peint une armée de femmes !

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail?

C’est l’action. J’aime faire des choses. Ce n’est pas très différent de quand j’étais petite ; j’ai juste une plus grande chambre ! Mon activité préférée est de faire des gravures. J’aime la partie technique de celle-ci. La peinture est plus relaxante pour moi. Avec les impressions, vous ne savez pas jusqu’à la fin quel sera le résultat. Je reviens tout juste de Londres où j’ai travaillé pendant un mois avec l’imprimeur de beaux-arts Advanced Graphics. Nous avons travaillé avec 13 à 15 couches et ce fut une expérience formidable. Le résultat est très gratifiant.

Kelly Reemtsen.

Quand vous avez commencé à travailler en tant qu’artiste, aviez-vous eu une vision de votre parcours?

Non. J’ai étudié la mode à Los Angeles. Un jour, j’étais chez mes parents et j’ai vu dans le LA Times une publicité intitulée “carrière artistique” avec un numéro de téléphone. J’ai appelé et c’était dans une maison d’édition. J’ai rencontré beaucoup de gens et c’est comme ça que ça a commencé. Je pensais plus à l’apprentissage qu’à la carrière et j’ai appris beaucoup sur la gravure et la sérigraphie. J’étais très enthousiaste et je pense que ça s’est montré. Ensuite, j’ai eu de la chance.

Avez-vous eu des mentors ?

Oui, c’est Francie Kelley, elle est galeriste et j’ai travaillé avec elle dans ma vingtaine. J’ai travaillé comme assistante dans sa galerie pendant 10 ans. Elle m’a montré comment faire les choses dans le métier. Je suppose que c’était beaucoup de bon sens et surtout elle m’a transmis son éthique.

Vous avez réalisé beaucoup de choses : vous avez une reconnaissance artistique, des collectionneurs. Beaucoup d’artistes aimeraient être dans votre position. Avez-vous encore des rêves à atteindre ?

Oui j’ai encore beaucoup de rêves ! Tout d’abord je voudrais travailler plus avec des imprimeurs qui sont accessibles sur invitation seulement. Crown Point Press, basé à San Francisco et présent à Art Basel Miami, m’a invitée ; Je voudrais faire encore plus ce type de travail ! J’aimerais aussi entrer dans un musée.

Imprimé de Kelly Reemtsen.

Pensez-vous que le fait que les femmes soient sous-représentées dans le monde de l’art et que des mesures soient prises pour changer cela créera des opportunités pour les femmes artistes ?

Je voudrais utiliser cette citation de Gloria Steinem (journaliste féministe et écrivain – ndlr)

.) “La vérité vous libèrera mais d’abord elle vous énervera.” Je pense que nous sommes en ce moment dans la situation d’énervement. J’ai travaillé avec beaucoup d’hommes et la plupart d’entre eux sont très bien… mais certains peuvent ne pas savoir maintenant comment gérer les choses. Mais oui, je suppose qu’à la fin les choses vont changer.

Et quel est votre prochain projet?

Je travaille sur la femme déchue : les risques que nous prenons, le fait de tomber et de se relever.

 

Expositions à venir :

15 Février     Art Palm Springs

8 Juin             Galleri Oxholm, Copenhague, DK – solo show

21 Juin           Albertz Benda, Chelsea, NY  – solo show

Septembre    Lyndsey Ingram Londres, exposition de gravures avec Will Cotton

 

Pour en savoir plus et suivre Kelly Reemtsen

kellyreemtsen.com

Facebook.com/KellyReemtsen

instagram.com/kellyreemtsen


About the Author

is a French born artist, who lives and works in New York area. She is a painter working with acrylics for the wide possibility of this medium. She has followed art classes both in France and the USA and was awarded an Artist Residency by the Eileen Kaminsky Foundation (ESKFF) at Mana Contemporary,NJ in 2017. She created the blog "The Curious Frenchy" and is a now contributor to French Quarter Magazine. https://www.instagram.com/laurencedevalmy/



One Response to Kelly Reemtsen: une femme féministe et artiste

  1. Pingback: Kelly Reemtsen: a feminist woman who happens to make art

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑