Art & Photographie

Published on janvier 15th, 2016 | by Pascal Ordonneau

0

« Paris, la Nuit, » une exposition photographique par Roger Schall

schall

Roger Schall. Photo trouvée dans L’Oeil de la Photographie. 

Le thème de l’exposition « Paris, la Nuit » présente le travail de Roger Schall (1904-1995) photographe, très actif en tant que photographe documentaire, photographe de mode et de publicité pendant les années trente et après-guerre. Cette série de photographies prises la nuit dans un Paris très traditionnel est une production des années 1930. Autour de ce travail, pour l’accompagner ou le mettre en relief, quelques photos sur Paris, de jour ou de nuit, prises par des contemporains de Roger Schall, photographes des années trente et cinquante mais aussi, par de jeunes artistes.

Boulevards_1935__Roger_Schall_Courtesy_Galerie_ARGENTIC

Boulevards 1935. Photo : Galerie ARGENTIC.

C’est un bel ensemble, homogène que cette présentation des photos de Roger Schall, où le photographe cherche un Paris multiforme. Le flash est proscrit, comme il le sera par la plupart des «photographes de Paris». La nuit, ils chercheront tous des contrastes forts entre le sombre et la lumière, jouant beaucoup sur les réverbères et leur éclairage tout à la fois violent et fantomatique, sur les néons et les dessins qu’ils tracent sur les toits, dans les flaques d’eau ou les devantures, sur les masses noires et les lignes de lumière.

On ne s’étonnera pas de trouver que le Paris de Roger Schall, à l’instar du Paris d’un bon nombre de photographes de son temps, est bien humide. Les photos paraissent toujours avoir été prises après une forte ondée. A dessein : cela autorise des effets « mouillés », des lueurs qui se décomposent au gré des flaques d’eau, un effet de clarté lumineuse artificielle qui contraste avec une obscurité proche du noir de charbon et de l’anthracite à peine sorti de la mine.

Les amoureux de ce Paris nocturne, fait de contrastes forts entre noir et blanc, lumière ponctuelle et obscurité envahissante seront comblés. Les grands sujets sont là : les grands boulevards et leurs goualantes de néons, les grands monuments entre place de la Concorde vide et sombre et le Sacré-Cœur vibrant de lumière sur un piédestal de nuit. Et aussi les gens : Paris sans parisiens, ce n’est pas très drôle, ni éloquent. Roger Schall a mis des parisiens dans ses photos, surpris qu’on les photographie, inconscients que l’artiste soit en train de les immortaliser.

Si j’avais pu partir avec une photo sous le bras, je crois que j’aurais choisi celle qui, à la limite de l’abstraction, reprend une symphonie d’enseignes lumineuses, comme des traits de lumière sur un voile de deuil.

Autour de Roger Schall, la Galerie a posé quelques jalons. De très belles photos de Boubat, de Willy Ronis et de René Bovis par exemple. L’une est véritablement un chef d’œuvre de mise en page. Elle vient de l’œil magique de Willy Ronis. Elle aussi est datée de 1930, pure merveille par l’équilibre de l’ensemble entre rampes de lumière et masses noires ; la légèreté de cet escalier si typique de Montmartre contraste avec la masse lourde angulaire et noire d’une voiture stationnée contre le trottoir et les premières marches. L’anecdotique, « Montmartre la nuit », « l’escalier », « l’alignement des réverbères » est effacé dans une construction qu’il ne faudrait pas beaucoup pousser pour que ce travail tire vers une représentation abstraite.

Non loin est accrochée une belle photo « classique » de Marcel Bovis. 1930 aussi : baiser sous le porche où jouent subtilement les dégradés d’ombre et de lumière.

Fontaine_De_La_Concorde_1935__Roger_Schall_Courtesy_Galerie_ARGENTIC

Fontaine Concorde 1935. Photo : Galerie ARGENTIC.

Parmi les photos récentes, on trouve quelques tentatives sympathiques de parler à nouveau de «Paris, la Nuit». Mais, quand Jean Vinegla propose une « place dauphine 2010 » sous la neige prise en contreplongée avec réverbère et traces de pas noires sur fond blanc, on ne peut pas ne pas penser qu’il répète des prises de vue qui, pour certaines, datent de 80 ans ! On ne peut pas en vouloir aux photographes si Paris est aussi photogénique. On n’en voudra donc pas à Philippe Bachelier d’avoir « shooté » à nouveau le baiser de deux amoureux sur les quais de la seine (1996) illuminés par l’inévitable réverbère, (que feront les photographes de Paris quand les réverbères en fonte, version 1910, auront disparu ?) tout en bas de l’incontournable escalier dont la masse noire équilibre comme toujours les effets de lumière en halo.

Une belle exposition sensible et classique.


About the Author

40 ans de banque chez plusieurs établissements français et anglo-saxons ; il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie et la banque, d’un livre de voyage, d’un roman et d’un livre sur l’Allemagne. Il écrit pour les journaux et la radio, dont les Echos, le Figaro, Huffington Post, Radio France International.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑