Art & Culture

Published on mars 13th, 2016 | by Pascal Ordonneau

0

Passage du Désir à Paris

Le Passage du Désir est situé dans le 10ème Arrondissement et appartient au quartier de la Porte-Saint-Martin, Porte-Saint-Denis. Il débute, 89 rue du Faubourg-Saint-Martin et finit au 84 rue du Faubourg-Saint-Denis. Sa longueur est de 210 mètres et sa largeur de 5 m.

Le désir est-il une vertu ? Peut-on lui trouver une place dans une présentation des rues « morales » de Paris. On va parier que oui et nous serons en bonne compagnie !

DSC_0031

Photo par Pascal Ordonneau.

Ecoutons le célèbre Bossuet, surnommé au temps de Louis le quatorzième, l’Aigle de Meaux : « Il y a dans l’esprit de l’homme un désir avide de l’éternité… ». Voilà qui devrait rassurer tous ceux qui auraient tendance à réduire le désir à des pulsions douteuses, humaines, trop humaines.

Mais aussi, nous sommes soutenus dans notre prétention à faire du désir une vertu, par Sigmund Freud, l’inventeur de la psychanalyse : L’homme énergique et qui réussit, c’est celui qui parvient à transformer en réalités les fantaisies du désir.” C’est dire que le désir est le mobile de l’ambition et qu’il est du domaine de l’énergie vitale.

Donc nous voilà rassuré ce passage du Désir fait bien partie de la cohorte des rues vertueuses. Dernier argument, qui renvoie à la présentation d’une autre rue : sur son milieu, à la fin du XVIIIème siècle, le Passage du désir était lié à la rue de la Fidélité. Cette relation étroite et sympathique qui associait deux vertus complémentaires car nécessaires à la réussite d’une vie conjugale dans la durée et l’intensité, montre à qui ne voudrait pas se laisser convaincre qu’aussi fermement associé à la fidélité, le désir ne pouvait qu’être une vertu.

DSC_0034

Photo par Pascal Ordonneau.

Cependant, soyons honnête : à cette époque-là le passage du Désir ne portait pas ce beau nom. Jusqu’en 1789, il fut connu sous le nom de passage du Puits. Il y avait des raisons à cela plus solides que le nom de Désir qui lui sera ultérieurement donné. En effet, dans ce passage du Puits se trouvaient au moins trois puits qui avaient été creusés longtemps auparavant et qui ont cessé d’être exploités qu’au cours du XIXème siècle.

En 1789 donc, le « passage du Puits », devenait « passage du Désir » sur la requête de ses habitants et demeurait étroitement associé à la rue de la Fidélité. La modernisation et l’extension de Paris aidant au milieu du XIXème siècle, le sort du passage et de la rue furent séparés en raison du percement du boulevard de Sébastopol.

Ce secteur de Paris, au Nord, fut l’objet de construction et de restructuration incessante à une époque où le Paris moderne émergeait du vieux Paris, celui du Moyen âge et de l’Ancien Régime. Le passage de Paris, fut coupé en deux, par une rue étroite tout d’abord puis, franchement, par le boulevard de Strasbourg dont le tracé prolongea celui du Sébastopol : non loin du passage, on construisait deux gigantesques gares : les Gares de l’Est et du Nord.

DSC_0021

Photo par Pascal Ordonneau.

Boulevard, avenue, rue, chaussée, passage, voies, impasse, square, place, la toponymie parisienne est organisée autour d’un nombre restreint de termes généraux. « Passage » correspond à deux sortes de voies, les unes correspondent à l’organisation ancienne de la ville, les autres à une catégorie très particulière d’espaces commerciaux. Disons rapidement un mot sur ceux-là : dans le courant du XIXème siècle furent créés des rues commerciales protégées par des verrières et interdites à toute autre circulation que celle des piétons. Il s’agissait de centres commerciaux avant la lettre, très fréquentés en raison de l’enrichissement des Parisiens et très commodes à une époque où les rues n’étaient pas pavées. L’enthousiasme pour les passages disparut quand le pavement des rues devint systématique. Les nouveaux boulevards et les avenues tracées devinrent très larges lorsqu’apparurent les grands magasins à partir du dernier tiers du XIXème siècle.

L’autre catégorie de passages correspondait à des voies souvent privées qui reliaient des voies publiques. L’entretien des premières appartenait donc à des personnes privées, celle des secondes à la ville de Paris. Les passages de ce type étaient en général fermés ou gardiennés. N’y pénétraient que les occupants ou les personnes qui en avaient l’autorisation. Ces passages-là n’étaient pas très bien vus par les autorités royales et impériales. Les révolutions de 1830 et 1848 avaient pris d’autant plus d’ampleur que les révoltés savaient utiliser les passages pour échapper à la cavalerie. Quittant une barricade, ils se retrouvaient un peu plus loin et parfois dans le dos des troupes de maintien de l’ordre !!!

Le passage du Désir ne s’est pas illustré dans ces grands moments historiques mais il rentre dans cette catégorie de passages privés. Dans les actes juridiques relatifs à la propriété de ce passage, il est clairement rapporté qu’avant d’être séparé en deux tronçons, il était la propriété d’une seule personne. Une fois séparé chacun des tronçons devint la propriété de deux personnes : un frère et une sœur. Puis l’un des deux tronçons devint une copropriété familiale.

Curieusement, preuve que la construction du passage ne s’est pas déroulée de façon uniforme, les deux tronçons ne se ressemblent en rien. L’un (Est) est constitué d’un ensemble très homogène de bâtiments de deux étages au-dessus du rez-de-chaussée. Le style en est élégant et donne la même impression que les fameuses « rows » de Londres, succession d’immeubles conçus sur le même modèle sur une rue entière de part et d’autre de la rue. La construction est en brique. On trouve dans cette partie du Passage du Désir deux fontaines de part et d’autre de l’entrée donnant sur le boulevard. Les deux entrées de cette partie sont formées d’immeubles datant de 1856 dont les façades sont ornées et dont l’entrée est surmontée d’une tête « à l’antique ». S’agit-il de Cérès, la déesse des moissons ? ce n’est pas impossible, la figure de la déesse était célèbre en France car elle avait été choisie pour orner les timbres-poste ?

L’autre partie (Ouest) est protégée par une grille simple dont l’ouverture est soumise à un digicode. Elle est constituée d’immeubles de constructions très diverses sur une voie dont le pavement est grossier et disjoint. L’écartement de la voie et des trottoirs permet un accès automobile et sert de parking pour les résidents.
Pour terminer sur le passage du Désir, on indiquera, ce qui peut paraître peu vertueux, que certains mauvais esprits racontent qu’il s’y serait tenue une maison de passe à usage des officiers des armées napoléoniennes logés dans les rues adjacentes. Elle se serait nommée l’hôtel du Désir. Pour un hôtel borgne le nom était joli.

Aujourd’hui, le passage du Désir est placé au sein d’un quartier de Paris où les magasins et les résidents sont assez largement originaires d’Afrique.


About the Author

40 ans de banque chez plusieurs établissements français et anglo-saxons ; il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie et la banque, d’un livre de voyage, d’un roman et d’un livre sur l’Allemagne. Il écrit pour les journaux et la radio, dont les Echos, le Figaro, Huffington Post, Radio France International.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑