Histoire

Published on janvier 24th, 2015 | by Isabelle Karamooz, Founder of FQM

1

Courte histoire à propos de la caricature en France

Avec à ce jour 17 morts et plusieurs blessés, l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo, le mercredi 7 janvier, est un coup porté à la presse française d’une gravité sans précédent. En France, l’histoire de la caricature et de la presse satirique a occupé une place très spéciale depuis la naissance de la caricature.

I_2241

The tradition of satire can be traced back to portraits in ancient Egypt. Photo by mediterranee-antique.fr

Le mot caricature (du latin populaire caricare) a été utilisé pour la première fois dans la préface d’un album de Annibale Carracci en 1646. Ce mot apparaît également pour la première fois dans les mémoires d’Argenson en 1740.
La caricature s’inscrit dans la tradition de la satire et peut être décelée dans certains portraits de l’Egypte antique, dans certaines représentations sur des vases grecs, sur des graffitis couvrant les murs des maisons pompéiennes.

Au Moyen Age, la caricature est très présente dans les sculptures extérieures et intérieures des églises ou en miniature: grotesque, fantastique et animaux symboliques.

Les premières gravures, qui apparaissent à la fin du XIVe siècle, sont faites sur bois. En raison de la rigidité du bois cela donne des dessins assez schématiques. La gravure sur bois est un procédé coûteux et lent: un dessinateur fournit un dessin qui est ensuite reproduit dans un atelier de graveurs sur un coeur de bois en buis, résultant en une taille réduite des illustrations, et enfin laissé au bon soin d’un imprimeur. L’imprimerie a en effet permis la transmission des connaissances mais elle a également facilité la diffusion des pamphlets et des images.

Rapidement la gravure a été utilisée à des fins de propagande, en particulier après le choc de la réforme de Luther qui a défié systématiquement les pouvoirs établis et les autorités religieuses. Les gravures étaient insérées dans des brochures ou des affiches accompagnées de textes ou des chansons virulentes. Ainsi Henri III était la victime d’une campagne caricaturale avant son assassinat.

1c9a80faa01595cbf70bced2fa14653aaf4bc789_600x171_Q75

Le roi de France est devenu une cible des caricaturistes. Le meurtre de Louis XVI est précédé par des images de son crime symbolique. Photo par Histoire Pour Tous.

En France, l’art de la caricature commence à fleurir au début du XVIIIème siècle. Au cours de la révolution de 1789, des livres, des magazines illustrés de caricatures et des journaux hebdomadaires se multiplient.
Le roi Louis XVI est devenu la cible des caricaturistes: son meurtre est précédé par des images de sa mort symbolique.

honore-daumier

Honoré Daumier, caricaturiste du 19ème siècle. Photo par goldmarkart.com.

Sous la monarchie de Juillet, les périodiques illustrés s’étendront considérablement au public. Le sort de la caricature politique va désormais s’unir à celle de la presse. Les plus connus sont le « Caricature » (créé en 1830), le « Charivari » (1831), fondés par Philipon qui publie les lithographies de Daumier. Par la suite, Daumier sera jeté en prison pour son portrait sans concession du roi Louis-Philippe.

L’affaire Dreyfus était un autre point fort de l’histoire de la caricature: la presse satirique s’engage dans la bataille au côté des anti-Dreyfus. Certains journaux ont même créé pour l’occasion: Psst (antidreyfusard) et The Whistle (Dreyfus).

Durant les événements de mai 1968, la liberté d’expression est mis en avant et permet à une jeune génération de s’exprimer dans une presse alternative avec la création de l’Hara-Kiri en 1968 et Charlie-Hebdo en 1970.

Cependant, il y a eu un changement: le dessin de presse va progressivement remplacer la caricature. Le statut et les pratiques des dessinateurs évoluent et ceux-là deviennent dessinateurs-journalistes.

Photo d’en-tête: http://opinionatedart.com


About the Author

was born in the royal city of Versailles, France and have lived in the United States since 1996. After earning a Bachelor's degree in History from the University of California Berkeley and studying for a Master program in education at the University of Southern California, she went on to teach French to aspiring UNLV and CSN students in Nevada. When she is not teaching, she is writing, interviewing people in a wide range of circumstances, pitching story ideas to writers and editors, taking pictures, traveling, painting or trying delicious foods.



One Response to Courte histoire à propos de la caricature en France

  1. Forthcoming Illustrated Catalogue Raisonné of
    La Caricature, 1830-1835
    by Charles Philipon

    ISBN: 1-55660-348-7 ISBN 13: 978-1-55660-348-8

    La Caricature was the 19th Century equivalent and the precursor of Charlie Hebdo. The editor Charles Philipon employed the major satirical artists of the mid-19th Century notably Daumier, Grandville, E. Forest, Charlet, Bellangé and Gavarni. It appeared for five years, between 1830-1835.

    The main subjects of the caricatures were Louis Philippe and his entourage of July Monarchy politicians. Louis Philipe, son of the Duke of Orléans, came to power after the 1830 Revolution as the Citizen King. However, he was not amused by the caricatures and once put Daumier in prison for 6 months, before suppressing the whole publication in 1835. He became more and more authoritarian and was finally forced to abdicate during the 1848 Revolution.

    The plates are numbered 1-524, but approximately 62 are double sheets so there are actually 462 separate prints.

    Georges Vicaire catalogued the 251 issues and 524 plates in 1895. However they have never been reproduced in a catalogue nor has there been an English language discussion or catalogue of the corpus of prints

    Alan Wofsy Fine Arts of San Francisco (www.art-books.com) will be publishing the first illustrated catalogue of all the lithographs that were published in La Caricature, 1830-1835 in the Spring of 2017.

    All of the works are described in French and English and are arranged in the order they appeared in the original publication. There is an index by artist and the catalogue by Georges Vicaire from 1895 is also included. Many of the artists who contributed anonymously and were not identified by Vicaire but are now identified. Where there were not descriptions of the plates in the original publication (about 60 of the 462) , this new edition now provides French descriptions.

    There are essays in English are by Gordon Norton Ray and Edwin De Turck Bechtel and in French by Henri Beraldi and Georges Vicaire

    The general editor and designer is Corine Labridy-Stofle, a PhD candidate at the University of California, Berkeley.

    Melissa Bender, PhD, a lecturer at the University of California, Davis, and Joanna Oseman, a professional translator, have provided insightful English language descriptions of each of the caricatures.

    Alan Hyman, the editor of many catalogues raisonnés, is the Lektor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑