Art & Culture

Published on août 19th, 2016 | by Pascal Ordonneau

0

Rues de Paris : Boulevard de Bonne Nouvelle and Cul-de-sac de Bonne Nouvelle

Si vous avez eu l’occasion de lire les monographies concernant la rue de la Fidélité et de la rue de Paradis, vous avez nécessairement rencontré les religieuses attachées au couvent des « Filles-Dieu ». Nous les retrouverons brièvement sur le Boulevard Bonne Nouvelle.

IMG_6136

Photo par Pascal Ordonneau.

Situé dans le Xème arrondissement de Paris, il n’est pas bien impressionnant ce boulevard ! Il est large, 35 mètres au minimum, (lorsqu’il fut conçu, quatre carrosses pouvaient rouler de front et il était encadré par deux contre-allées) mais pas long, 347 mètres, bien qu’un peu plus que son voisin, le Boulevard Saint Denis. A l’inverse de ce dernier qui bénéficie de la magnifique « porte Saint Denis », il ne s’y trouve aucun monument ou bâtiment exceptionnels. De nos jours, c’est une voie de circulation fort importante, intégrée dans l’ensemble dit « des Grands Boulevards » qui dessert Paris d’Est en Ouest. La circulation y est donc intense avec bruits et gaz d’échappement.

Pour en comprendre « l’économie », il est bon de revenir sous le règne de Louis XIV. Ce dernier décida de « déclasser » les murailles de Charles V construites de 1370 à 1382 ainsi que celles de Louis XIII. Elles étaient très dégradées et ne présentaient finalement que peu d’efficacité pour la défense de Paris. Le plan d’urbanisme volontariste que le Roi « Soleil » lança projetait de transformer les anciennes fortifications et leurs emprises en un vaste « cours » qui ferait ainsi le tour de la capitale par le nord et qui serait organisé pour que les badauds parisiens en tous genres et de toutes origines sociales puissent se délasser. Le chantier du boulevard fut donc lancé sous la responsabilité de l’architecte Pierre Bullet et, pour l’essentiel, achevé en 1705. Le boulevard de Bonne nouvelle est une petite section de ces voies que les Parisiens nommèrent rapidement après leur construction : « les Grands Boulevards. »

IMG_6129-2

Photo par Pascal Ordonneau.

Jusque dans les années 1960, ils furent un des hauts lieux de la vie parisienne, théâtres, cabarets, panoramas, restaurants, gargotes en tous genres proposaient leurs distractions, leurs menus et leurs vins sur des centaines de mètres. On dit que pour Hemingway, il n’y avait de Paris que « des Grands Boulevards » ! Dans leur partie ouest, ce ne furent que magnifiques hôtels et belles demeures appartenant à la noblesse et à la Finance. Il en est resté de très beaux éléments. Dans la partie Est, dont fait partie notre boulevard, on trouve les charmes qu’y recherchaient Parisiens et étrangers.

Pourquoi avoir nommé cette petite section : Boulevard de Bonne nouvelle ! Une église bâtie à l’intérieur des anciennes fortifications portait ce beau nom, cela suffit-il ? Pas sûr ! Une délimitation administrative qui imposait un changement de dénomination ? Probablement. L’histoire et les circonstances de sa construction méritent d’être narrés.

IMG_6130

Photo par Pascal Ordonneau.

Le Boulevard Bonne Nouvelle fut construit initialement en tranchée. En effet, il traversait ce qu’on nommait la « Butte de ville neuve les Gravois », dont la dénomination venait de ce qu’elle était le fruit de l’accumulation d’ordures et de résidus de construction. De nombreuses « buttes » du même type existaient à Paris, où comme dans la plupart des villes anciennes n’existaient pas d’évacuation organisée des ordures en tous genres et où l’équipement en égouts était rudimentaire. Au fil des siècles, ces dépotoirs devinrent des buttes, puis des collines et furent parfois qualifiées de « monts ou de montagnes » tant leur accumulation était impressionnante. La « Butte Bonne Nouvelle », ou butte de la ville neuve les Gravois, était un cloaque où seuls les « gueux » les plus pauvres acceptaient d’habiter malgré tous les efforts des rois. Elle était « un foyer de pestilence » et était parfaitement insalubre. C’est donc au travers de ces monceaux d’ordures que le boulevard de Bonne Nouvelle fut creusé en premier lieu. Puis, la butte fut « découronnée » en 1709. Pas moins de 15000 ouvriers furent employés à l’aplanir. Les lieux devinrent plus paisibles. Les menuisiers qui avaient investis les terrains de l’Abbaye Saint Antoine vinrent s’installer les premiers. De petites maisons, les unes ouvrières, les autres de plaisir y furent construites. Dans les alentours, durant le XVIIIème siècle, vers les rues de Clery, du Caire et d’Aboukir, des Hôtels particuliers élégants furent élevés. Un dernier travail de terrassement eût lieu en 1832 : le boulevard absorba quelques petites rues adjacentes.

IMG_6128

Photo par Pascal Ordonneau.

Puis le boulevard de Bonne Nouvelle vécut sa vie de « grand boulevard », il fut pavé en 1778 (un luxe considérable au sein d’une ville qui ne l’était encore que très rarement) ! Le gaz d’éclairage fut installé en 1826 et à partir de 1828, sa chaussée voit le premier omnibus à cheval de Paris qui relie la place de la Madeleine à la place de la Bastille.

Ce quartier, de nos jours, est plus industrieux que résidentiel. Il est nommé « le Sentier » d’après la rue du Sentier : on y trouve une partie importante des grossistes et fabricants de mode féminine et des marchands de tissus. A deux pas des gares du Nord et de l’Est, il est très animé.

Dans le boulevard de Bonne Nouvelle donne une Impasse qui porte le même nom ; cette impasse a pour origine un cul de sac qui existait en 1650 et qui a porté pendant quelques temps le nom de « cul de sac des Filles-Dieu ». Ce fut longtemps un dépotoir. Aujourd’hui, il est bordé d’immeubles sans intérêt et, en plein milieu, par une friche qui attend probablement un permis de construire.

Cet article a été corrigé en anglais par Aubrey Wadman Goetsch.


About the Author

40 ans de banque chez plusieurs établissements français et anglo-saxons ; il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie et la banque, d’un livre de voyage, d’un roman et d’un livre sur l’Allemagne. Il écrit pour les journaux et la radio, dont les Echos, le Figaro, Huffington Post, Radio France International.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image
Back to Top ↑