Ludovic Tendron nous parle de son livre sur la négociation, de la gastro-diplomacie et des endroits qui l’inspirent en France – French Quarter Magazine

Gastronomie

Published on février 7th, 2020 | by Laurence de Valmy

0

Ludovic Tendron nous parle de son livre sur la négociation, de la gastro-diplomacie et des endroits qui l’inspirent en France

Ludovic Tendron est un entrepreneur, développeur, juriste et auteur français dont le livre The Master Key: Unlock Your Influence and Succeed in Negotiation vient de sortir (disponible chez Amazon et Barnes & Noble.)
Dans ce livre, il partage sa vision de la négociation, grâce à son expérience des affaires en Europe et en Asie du Sud-Est où il vit depuis 12 ans. Il a débuté sa carrière chez Hewlett-Packard puis Accor où il a développé des hôtels et des partenariats pendant 14 ans dans de nombreux pays. En 2011, il a cofondé Vitisasia, une plateforme proposant des dîners gastronomiques avec des chefs célèbres et des grands crus français, permettant aux participants du monde des affaires de découvrir la culture française tout en développant leurs réseaux. Depuis 2015, il conseille des corporations et des entrepreneurs sur le développement dans les secteurs de l’hôtellerie et du luxe. Passionné par la performance humaine et la nature humaine, il a décidé de partager ses apprentissages dans son récent livre. Nous avons discuté avec lui de sa vision de la négociation, de l’influence et de leur maîtrise. Ses conseils devraient résonner en chacun de nous car nous sommes confrontés à la négociation tous les jours que ce soit personnel ou professionnel.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre sur la négociation et l’influence?


Longtemps j’ai été juriste international et expert dans la rédaction de contrats mais cela ne faisait pas nécessairement de moi le meilleur négociateur. L’aspect humain et psychologique joue un rôle très important dans la négociation. Quelqu’un qui a une bonne compréhension de la nature humaine (émotions, préjugés, les expressions corporelle, la différence entre les sexes, pour ne citer que quelques exemples) est mieux armé pour affronter la négociation. J’ai, par ailleurs, toujours été intéressé par l’amélioration des performances physiques ou mentales. Savoir comment les grands athlètes, penseurs ou entrepreneurs avaient su optimiser leur performance m’a toujours intrigué. Je me suis intéressé à des domaines comme la prise de conscience, les techniques de visualisation, la méditation, la formation des habitudes, le régime alimentaire et bien d’autres pour voir s’ils pouvaient avoir avoir un impact positif sur la négociation.
Ludovic Tendron durant le lancement de son livre

Quelles sont les qualités d’un bon négociateur dans ce monde moderne et complexe?

Je pense que la qualité première d’un bon négociateur est l’introspection et la prise de conscience. Etre capable de reconnaître ses défauts, ses qualités, ses motivations, ses émotions, etc. est un atout important. Ce n’est pas un exercice facile car il oblige à s’attaquer non seulement à son conscient mais sont subconscient. Cette aptitude rend le négociateur plus sociable et plus à l’écoute. Elle lui permet d’être plus intelligent émotionnellement et de travailler plus efficacement avec les autres. Je pense qu’un bon négociateur doit aussi être calme, patient, créatif, respectueux et un minimum authentique

Vous organisez des grands dîners en Asie et en faites l’apologie dans votre livre? En quoi la gastronomie peut-elle servir la négociation?

Le partage de nourriture permet de développer une coopération subtile entre les participants à un dîner. Lorsque deux personnes dînent ensemble, une intimité, et complicité s’instaurent favorisant l’échange. Des émotions positives se dégagent augmentant la confiance réciproque. Les diplomates utilisent la gastronomie depuis des siècles dans les relations internationales. La haute cuisine et l’art de la table sont notamment nés avec Louis XIV. On parle même de “gastrodiplomatie”  de nos jours où toutes les conditions sont réunies pour que les chefs d’états et diplomates, à l’emploi du temps chargé, échangent et s’accordent.C’est pour ces raisons que j’encourage les négociateurs à développer leurs relations et gagner leur confiance réciproque au travers du partage de nourriture. Le cadre et le moment doivent, bien sûr, être appropriés.

Vous citez beaucoup Talleyrand et François de Callières dans votre livre, en quoi ces personnages français de l’histoire sont-il une référence dans le monde de la négociation?

François de Callières a écrit une lettre remarquable en 1716, a la mort de Louis XIV et à l’intention du Régent s’intitulant “De la manière de négocier avec les souverains, de l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyez, et des qualités nécessaires pour réussir.” Cet ouvrage, parce qu’il s’attache à décortiquer les grands principes de la nature humaine dans le contexte de la négociation, a extrêmement bien vieilli et ses principes résonnent encore aujourd’hui.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord est pour moi l’un des plus fins diplomates et négociateurs que la France ait connu. Son habilité et sa finesse lui ont permis de conserver l’intégrité de la France à des époques où elle aurait pu être taillée en pièces. Il a su également s’adapter à plusieurs régimes politiques en y tenant un rôle prépondérant. Il a même réussi à conserver et faire fructifier sa fortune pendant sa vie. Il était connu pour être un homme très mondain et avait compris très tôt l’intérêt de développer des relations au travers du partage de la nourriture. Il savait, mieux que Napoléon, organiser des soirées et dîners.

Y – a t-il des endroits en France plein d’inspiration que vous recommanderiez?


J’aime les endroits remplis d’histoire où il est possible de s’imprégner des grands penseurs. Le Clos Lucé, la dernière demeure de Léonard de Vinci à Amboise est, par exemple, un endroit merveilleux. Les répliques des inventions de Léonard de Vinci et les extraits de ses notes sont offerts au public. J’aime beaucoup celle-ci: “Qui pense peu, se trompe beaucoup.” J’aime aussi énormément la région de Bordeaux. Les Bordelais ont toujours été des marchands et ont su faire de leur vins, les plus demandés au monde. Le système particuliers des primeurs, son équilibre et le rôle des négociants est un enseignement pour un tout négociateur en quête d’inspiration.

Le Clos Luce

Site internet Ludovic TendronLinkedin / Instagram / Facebook


About the Author

est une artiste française qui vit et travaille à Philadelphie. Elle est artiste peintre créatrice de la série POST, revisitant l'histoire de l'art a travers des Instagram peints. Son travail est exposé en galeries et foires d'art. Elle rédige le blog "The Curious Frenchy" et collabore au French Quarter Magazine. https://www.instagram.com/laurencedevalmy/



Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑