Art & Culture

Published on septembre 21st, 2020 | by L'OR Artiste

0

Une exposition d’art rend hommage à l’architecte Québécois, Louis Jean-Baptiste Bourgeois

Sur le site actuel du Hollywood Boulevard à Los Angeles se trouvait autrefois la maison de l’artiste Paul de Longpré. Conçue par le gendre de Longpré, l’architecte Louis Jean-Baptiste Bourgeois, la maison était située sur un terrain de trois acres avec une roseraie visitée par 20 000 personnes par an. C’était en 1901 et la maison était la première destination touristique d’Hollywood. C’était le village d’Hollywood et non la ville de Los Angeles. Le terrain a été donné à Paul de Longpré par la fondatrice du village, Daeida Wilcox Beveridge, pour l’encourager à installer son studio, apportant culture et prestige au village naissant. Paul de Longpré était un artiste à la mode et un immigrant français qui est arrivé en Amérique en 1890 et s’est installé en Californie en 1899. La biographie de l’auteur Nancy C Hall “The Life & Art of Paul de Longpré” est un excellent récit de sa vie et de sa carrière. Ses natures mortes florales étaient devenues populaires et son plan marketing était d’avoir un jardin botanique avec sa maison et son studio ouverts au public.  Les jardins sont devenus si populaires que le chemin de fer interurbain a construit une extension et une gare pour accueillir le public. L’industrie cinématographique s’est également implantée dans le village et la maison et le studio de Longpré ont connu une hyper évaluation immobilière. Cette évaluation immobilière croissante allait devenir le même cancer malin qui menace souvent les monuments historiques. En 1927, la demande pour le terrain déracine les roses et fend les fondations de la maison.  La maison et le jardin de rêve de Bourgeois et de Longpré sont démolis pour permettre le développement commercial.  La plupart des projets architecturaux de Bourgeois subirent le même sort, à l’exception d’un seul qui devint un sanctuaire éternel.

Artiste québécoise, L’OR a visité le temple Bahai à Wilmette, Illinois, en 2017. Elle a été impressionnée par le jardin et captivée par le design du temple. Elle apprendra plus tard que l’architecte est Louis Jean-Baptiste Bourgeois.  Les circonstances malheureuses offrent souvent des opportunités. En l’occurrence, l’exposition retour de L’ OR prévue pour Chicago 2020 a été reportée en raison de la pandémie de Covid 19. Toutes les expositions américaines de L`OR explorent l’influence française et québécoise sur la culture américaine. L’exposition reportée “Réflexions” devait rendre hommage à l’architecte Phyllis Lambert, qui a travaillé à Chicago et à Montréal. L’OR, profitant du report, a cherché un autre architecte qui a fait carrière à la fois dans la province de Québec et à Chicago. C’est alors qu’elle découvrit que Bourgeois avait également conçu plusieurs cathédrales dans la région de la Mauricie au Québec. Sachant que la Société des historiens de l’architecture avait prévu son assemblée annuelle à Montréal pour avril 2021 et apprenant que 2021 marquait le centenaire du début de la construction du temple Bahai, elle a poursuivi ses recherches sur la carrière de Bourgeois. Elle a choisi trois bâtiments qu’il a conçus à différentes étapes de sa carrière pour compléter l’exposition. La cathédrale de l’Assomption à Trois-Rivières, Québec, la maison William Gilman à Chicago et la maison de Longpré ont été incluses dans l’exposition.

L’OR, gothique québécois; Cathédrale de l’Assomption,
technique mixte sur Terraskin, 40 po x 30 po, 2020.

L’OR, Gilman House, Chicago, 25po x 20po, technique mixte sur Terraskin, 2020.

L’OR, Le refuge devenu Hollywood,
techniques mixtes sur Terraskin, 30 po x 40 po, août 2020.

La maison William Gilman, conçue en 1888, est l’un des premiers projets de Bourgeois à Chicago et l’influence des églises de conception gothique québécoise est évidente.  La William Gilman House est la seule structure conçue par Bourgeois lors de son premier séjour à Chicago (1884-1888) qui existe encore aujourd’hui. 

La trilogie de peintures de dessins de Bourgeois sera dévoilée au public québécois à l’occasion de “Réflexions” avant de faire le voyage jusqu’au 3rd Coast Café and Gallery de Chicago. Comme toutes ses scènes urbaines, le travail de L’OR est interprétatif et ne se veut pas un dessin d’architecture. Elle capte dans ses scènes urbaines une dynamique qui correspond davantage à sa passion première, la figure humaine, et la spontanéité du mouvement. Ses scènes urbaines sont également représentées comme des souvenirs imaginaires. 

RECONNAISSANCE ; Robert G. Hill et le “Dictionnaire biographique des architectes au Canada 1800 – 1950” 

http://www.dictionaryofarchitectsincanada.org/node/1172

Critique de livre de la biographie de Paul de Longpré qui complète l’article sur l’exposition d’art écrit par James Wise.

J’ai découvert le travail de Paul de Longpré, en faisant des recherches sur son gendre et architecte, Louis Jean Baptiste Bourgeois. Bourgeois dessine la maison de Longpré à Hollywood en 1900 et va épouser sa fille Alice. Nancy C. Hall a écrit la biographie de de Longpré, “La vie et l’art de Paul de Longpré” en 2001. Le livre offre peu d’informations sur Bourgeois ou Alice mais donne un aperçu du développement de Los Angeles au tournant du XXe siècle. Dans son avant-propos, Jean Stern propose une histoire détaillée de la communauté artistique californienne du tournant du siècle.

Paul de Longpré est un peintre né en France qui a immigré en Amérique en 1890. Ses natures mortes réalistes représentant des fleurs ont fait de lui un artiste américain en vogue et les historiens de l’art californiens l’ont adopté comme leur propre peintre. Peut-être cette identité d’artiste californien a-t-elle incité l’éditeur, Irvine Museum of Irvine, Ca. à ne publier qu’en anglais. Il s’agissait d’une édition collectionneur limitée et les contraintes budgétaires empêchaient le marché français. 

Paul de Longpré est un peintre né en France qui a immigré en Amérique en 1890. Ses natures mortes réalistes représentant des fleurs ont fait de lui un artiste américain en vogue et les historiens de l’art californiens l’ont adopté comme leur propre peintre. Peut-être cette identité d’artiste californien a-t-elle incité l’éditeur, Irvine Museum of Irvine, Ca. à ne publier qu’en anglais. Il s’agissait d’une édition collectionneur limitée et les contraintes budgétaires empêchaient le marché français. L’oeuvre de Madame Hall est un livre de table à café qui se lit comme un roman de James Michener. Elle a exploré des documents français datant de l’époque napoléonienne. Elle raconte la vie d’un parent de Longpré à Lyon et le déménagement de la famille à Paris. Paul de Longpré a connu une enfance pauvre à Paris mais deviendra un artiste autodidacte vivant de ses commandes à l’âge de 12 ans. Il accumule une confortable fortune à 21 ans mais la verra perdue dans l’aventure du canal de Panama de Ferdinand de Lesseps. Sa situation financière est soulagée par une commande à New York. Son travail était idéal pour la technologie de chromolithographie de l’époque et il s’est fait connaître à New York.  C’est parce que ses aquarelles étaient si différentes, sur le plan stylistique, des huiles sombres et lunatiques des anciens maîtres, qu’il s’est fait connaître par une présentation vibrante et différente.  

La maison de Paul de Longpré à Hollywood était une institution culturelle.  Hollywood en 1900 était un village de plusieurs centaines d’habitants et il a été incité à y construire par les fondateurs du village. Sa maison et les jardins attenants deviennent une attraction touristique et catapultent de Longpré vers le haut de la société californienne. Il se lie d’amitié avec Theodore Roosevelt et compose de la musique en l’honneur du président. 

Nancy C. Hall, se consacre à la recherche au point d’engager un musicien pour jouer ces compositions à sa place. L’auteur a examiné plus de 400 documents et a cité 347 notes de bas de page dans moins de 60 pages de texte. J’invite les lecteurs à étudier ses notes de bas de page avant de lire le texte de son essai. Elle appelle son travail un essai, je félicite Nancy C. Hall pour avoir écrit un roman historique.

L’ironie de l’histoire veut que l’échec de la première entreprise du canal de Panama ait entraîné la délocalisation de Longpré et son élévation dans la société américaine, lui donnant ainsi l’occasion de se lier d’amitié avec le président qui a été responsable du succès de la construction du canal.   

Paul de Longpré devient citoyen américain en 1899 et comme la loi l’exige, il doit désavouer son allégeance à la France. Bien qu’il ait renoncé à sa citoyenneté française, il n’a jamais perdu son identité française. Sa maison à Hollywood arborait à la fois le drapeau américain et le drapeau français. Après sa mort en 1911, sa femme et deux de ses enfants retournent en France. Son frère, Raoul-Henry-Victor-Maurice Maucherat de Longpré mène une carrière artistique parallèle en France.     

“La vie et l’art de Paul de Longpré” est disponible à l’adresse Université de Californie à Irvine Institute and Museum of California Art (IMCA), 18881 Von Karman Ave #100, Irvine, CA 92612, États-Unis d’Amérique.

Téléphone : (949) 476-0294
https://imca.uci.edu/


About the Author

mm

est née à Montréal en 1960. C'est une artiste internationale principalement connue pour ses figures nues. Son modèle préféré est son mari qui sert également d'agent et de publiciste. Depuis leur mariage en 2013, ils travaillent en équipe pour réaliser des expositions d'art aux États-Unis qui relatent les contributions françaises et québécoises à l'histoire et à la culture américaine. Ces expositions sont des scènes urbaines qui ont un sens du mouvement et de la spontanéité des peintures de portraits. L'artiste a adopté ses initiales pour son nom professionnel. Elle vit avec son mari, un anglophone de Chicago à Longueuil au Québec.



Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑