Film & Musique

Published on février 8th, 2021 | by Rose Berryl

0

Luc Besson : Entre passion, persévérance et tourments

Lorsque l’on parle de lui, de grands titres cinématographiques nous viennent immédiatement à l’esprit. Que cela soit avec « Le Grand bleu », « Nikita, » « Léon, » « Le Cinquième élément » ou plus récemment « Lucy » et « Valerian et la cité des mille planètes, » le nom et la réputation cinématographique de Monsieur Luc Paul Maurice Besson (alias Luc Besson) ne sont plus à faire.

Léon. Crédit Photo : Wikipedia

Né le 18 mars 1959 dans le 15e arrondissement de Paris, il a su, au fil des années, se faire une place parmi les grands de ce monde, que cela soit à Hollywood ou ailleurs.

Mais outre un parcours atypique pour un Français parti s’imposer aux États-Unis, il est question de parler d’un exemple de persévérance qui pourrait en motiver plus d’un d’entre nous.

Luc Besson. Crédit Photo : Wikipedia

Dès le départ, son objectif était simple : produire des films en anglais sur le sol français en y intégrant des vedettes reconnues à l’international. Un pari risqué qui a pourtant porté ses fruits.

Récompensé en 1998 par le César du meilleur réalisateur pour « Le Cinquième élément » (avec la participation de l’acteur Bruce Willis et de l’actrice Milla Jovovich), il a longtemps été boudé par la critique et ce malgré un public de plus en plus nombreux. Mais cela n’a pas suffit à l’arrêter. Bien loin de là !

Le Cinquième Element. Crédit Photo : Wikipedia

En 1990, il fonde Les films du dauphin, suivi en 1992 de Leeloo Productions, renommé en 2000 par EuropaCorp pour tenter de rivaliser avec les Majors américains. S’en suivent de gros succès commerciaux qui confirmeront indéniablement ses aptitudes de producteur et de réalisateur (citons notamment « Taxi, » « Taken, » « Le Transporteur » ou encore la trilogie d’« Arthur et les Minimoys »), prouvant à tous que passion et persévérance peuvent mener à accomplir des choses incroyables.

Les années suivantes, d’autres projets ambitieux verront le jour, tels qu’une fondation destinée à aider les jeunes des cités, L’École de la cité, l’agence de publicité Blue ou encore la rédaction de divers ouvrages traitant de ses productions (L’Histoire du Dernier Combat, L’Histoire de Subway, L’Histoire de Nikita, L’Histoire du Grand Bleu, L’Histoire de Léon, L’Histoire du Cinquième Élément, L’Histoire de Jeanne d’Arc, L’Histoire de Arthur et les Minimoys, L’Histoire de Arthur 2 et 3 – La vengeance de Maltazard et La Guerre des deux mondes).

Malheureusement, cette ascension fulgurante se verra peu à peu entachée d’événements qui bouleverseront le quotidien et la notoriété de Monsieur Luc Besson.

Tout d’abord quelques échecs cinématographiques (« Lucy » ou encore « Valerian et la cité des mille planètes » qui, malgré sa qualité visuelle et technique, ne rencontrera pas le succès escompté) met EuropaCorp dans une situation financière difficile.

Ensuite, en mai 2018, Luc Besson est accusé par la comédienne belgo-néerlandaise Sand Van Roy de viols et d’agressions sexuelles oscillants entre humiliations et récompenses dans des rapports malsains de type « père-fille », plainte depuis appuyées par celles de neuf autres jeunes femmes pour des faits cependant prescrits (notez que le 25 janvier 2021, Luc Besson a obtenu le statut de « témoin assisté » à l’issue de son audition par un juge d’instruction).

Les mois à venir nous éclaireront sur la suite apportée à cette enquête, mais aussi sur d’éventuelles nouvelles productions en préparation.

Affaire à suivre !

Sources :

https://en.wikipedia.org/wiki/Luc_Besson

https://www.journaldemontreal.com/2021/01/25/accuse-de-viol-le-cineaste-francais-luc-besson-place-sous-le-statut-de-temoin-assiste

https://www.lapresse.ca/cinema/2019-10-06/reprise-de-l-enquete-sur-les-accusations-de-viol-visant-luc-besson

Crédit Photo d’en-tête : Variety


About the Author

mm

est née le 26 février 1982 à Mons, en Belgique. Après des études en latin-histoire, elle s'intéresse à l'infographie et au Web design. Mais c'est en 2002, après un pari avec son meilleur ami, qu'elle se découvre une passion pour l'écriture. Il en sortira sa grande saga de Dark Fantasy intitulée « Damenndyn », dont les deux premiers opus se sont vendus à plusieurs milliers d'exemplaires en l'espace de cinq semaines à peine en Belgique francophone. Le premier tome de la saga remportera même le Prix Gros Sel du Jury en 2007. Installée depuis 2010 au Québec, elle continue à développer sa saga et son univers (Damenndyn et Nekromantia, publiées chez CKR Éditions), tout en explorant d'autres genres (comme avec une série vampirique, Kryna, publiée aux Éditions du Petit Caveau dès 2015). L'écriture est devenue pour elle plus qu'une passion, un besoin vital où elle explore les diverses facettes de son imaginaire foisonnant. Elle puise son inspiration des contes, légendes et mythes éternels, remplis de magie et de créatures extraordinaires, ainsi que de l'Histoire et du Moyen-Âge en particulier. Le tout enveloppé de mystère, d'ombres et même d'horreur propres au genre gothique.



Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑