Art & Culture

Published on septembre 11th, 2021 | by Isabelle Karamooz, Founder of FQM

0

Gaumont : Interview de Terry Kalagian par French Quarter Magazine

Terry Kalagian est la vice-présidente exécutive du contenu créatif pour Gaumont U.S., qui fait partie de la division télévision de la société cinématographique française Gaumont. Elle supervise tout le contenu créatif de l’entreprise aux U.S. Créée en 1895, Gaumont est la première et la plus ancienne société cinématographique au monde, avec des bureaux à Paris, Londres, Cologne, Berlin et Los Angeles. En tant que cinéphile passionnée, j’ai été ravie de pouvoir interviewer Terry qui nous raconte son rôle dans cette entreprise mondiale et tout ce que vous aimeriez savoir sur Gaumont. J’ai le plaisir de vous présenter Gaumont à travers un entretien Q&A.

Terry Kalagian est la vice-présidente exécutive de la société cinématographique Gaumont. Crédit Photo : Gaumont

Parlez-nous de vous, de votre parcours et de la façon dont vous avez commencé à travailler chez Gaumont.

En fait, j’ai commencé ma carrière à la télévision à Las Vegas, chez KLAS ! J’ai passé la première partie de ma carrière à faire des études de marché, puis des études d’audience pour diverses stations et réseaux de télévision aux États-Unis. Le dernier réseau pour lequel j’ai travaillé était Cartoon Network US, une société Turner, dont le siège est à Atlanta, GA. J’y suis resté 10 ans et parmi mes différents rôles, l’acquisition de contenu et les coproductions sont ceux qui m’ont mis sur la voie de Gaumont. C’est à cette époque que j’ai rencontré Nicolas Atlan, mon patron et complice chez Gaumont. À l’époque, il était l’un des responsables de Moonscoop Animation à Paris, il m’a vendu quelques séries et nous avons travaillé ensemble sur certaines créations (Code Lyoko, Fantastic 4). Cette expérience a vraiment prouvé que nos instincts créatifs et notre éthique de travail étaient en phase et nous avons cherché pendant des années une opportunité de travailler à nouveau ensemble. En 2016, Gaumont a déplacé son groupe d’animation et de programmes famille aux États-Unis, ils avaient déjà une équipe de fiction scénarisée là-bas (Hemlock Grove, Hannibal, Narcos), et ils l’ont convaincu de diriger la division. Nicolas m’a demandé de le rejoindre et de diriger la partie  créative. 

Gaumont est la première société cinématographique au monde, célébrant 125 ans d’histoire et d’innovation. Avec des bureaux à Paris, Los Angeles, Londres, Cologne et Berlin, Gaumont reste un leader du secteur, produisant et distribuant des programmes de télévision et des films de grande qualité. Gaumont est un acteur majeur du cinéma et de la télévision. Quel est le rôle ou l’objectif principal de l’opération américaine basée à Los Angeles ?

Notre studio américain a été créé en 2011 et, bien que notre siège social soit en France, nous sommes une société internationale. Il est donc logique que nous créions du contenu sur le plus grand marché de contenu au monde. Il est bien connu que la plupart des contenus américains voyagent vers d’autres territoires, en particulier les fictions scénarisées. C’est pourquoi notre PDG, Sidonie Dumas, et notre vice-président, Christophe Riandee, ont mis en place une équipe américaine chargée de développer des contenus qui fonctionneraient aux États-Unis mais qui pourraient également voyager. Ces deux dernières années, nous avons également mis en place une équipe pour l’Amérique latine et l’Espagne, dont le siège est à Los Angeles, et nous développons activement des contenus en espagnol et en portugais sous la direction de Christian Gabela.

Pouvez-vous nous parler de certains des titres (fiction en direct, animation pour adultes) avec lesquels vous avez eu du succès non seulement aux États-Unis mais aussi dans le monde entier (Narcos, FIFF, Hannibal, etc.) ? Dans combien de langues différentes produisez-vous actuellement (en dehors du bureau américain) ?

Gaumont US a produit plusieurs séries à succès dans une variété de genres/démographies, à la fois pour la télévision et les longs métrages. Au cours des 10 dernières années, dans le domaine des séries dramatiques, certains des titres les plus notables comprennent, pour Netflix, 3 saisons de Hemlock Grove, 6 saisons de Narcos/Narcos : Mexico, et 5 saisons jusqu’à présent de la série animée pour adultes, F is For Family.  Pour Amazon Prime Video, deux saisons de El Presidente et pour NBC, trois saisons de la série favorite des fans, Hannibal. 

F is For Family. Crédit Photo : Gaumont

El Presidente. Crédit Photo : Gaumont

Pour nos fictions écrites, nous avons tendance à produire en anglais (certaines avec un mélange d’espagnol et d’anglais, par exemple Narcos et El Presidente) et nos partenaires de diffusion ou de streaming traduisent le contenu en fonction de leur empreinte. 

Narcos. Crédit Photo : Mexico

Quels sont vos buts/objectifs lorsque vous développez/produisez des séries dramatiques dans le cadre de vos activités aux Etats-Unis (produisez-vous pour le public local ou pour le public mondial) ? Quels sont les principaux éléments qui, selon vous, contribuent à l’attrait mondial d’une série ?

Nous sommes créatifs et axés sur le marché lorsque nous examinons des projets. Comme nous communiquons régulièrement avec les acheteurs, nous savons ce qu’ils recherchent, en général. Certains recherchent des émissions plus locales, tandis que d’autres recherchent des émissions locales qui auront une portée mondiale. Quand je dis que nous sommes axés sur la création, je veux dire que nous nous assurons qu’une voix créative forte dirige le projet, parfois cette voix est un scénariste, parfois un réalisateur, parfois les deux. 

Nous savons que Lupin est un projet dirigé par votre équipe basée à Paris, mais pensez-vous que ce projet soit similaire à celui de Narcos, car les deux séries sont en langue étrangère (l’une en français, l’autre en espagnol) et ont un grand attrait international ?  La langue d’origine est-elle importante ou s’agit-il plutôt de raconter une histoire ?

En fait, les origines de Lupin et de Narcos sont très différentes et nous avons la chance que Netflix ait été formidable en soutenant ces deux séries. La version actuelle de Lupin, développée et produite par Isabelle DeGeorge, qui dirige notre équipe française, est française de bout en bout… Elle est tirée d’un livre français bien connu et apprécié, écrit par Maurice LeBlanc en 1905. Beaucoup de gens sont surpris de cela. D’autres livres ont été écrits avec Lupin comme personnage principal au cours des cent dernières années… Il y a eu des films français, des émissions de télévision et même une célèbre série de mangas et d’anime développée au Japon et intitulée Lupin The Third. Nous sommes ravis que notre Lupin avec Omar Sy ait si bien marché. Je pense que la narration est amusante et convaincante, Omar est superbe, et le film est arrivé au bon moment. Nous sommes ravis que le public ait adopté le rôle principal en tant que personne de couleur. La série a réussi à de nombreux niveaux. Lors de sa première diffusion, le public avait vraiment besoin d’une échappatoire amusante. C’est toujours le cas. 

Narcos, en revanche, était un peu une expérience. L’équipe de développement américaine a travaillé en étroite collaboration avec les créateurs, Chris Brancato, Carlo Bernard et Doug Miro, pour raconter l’histoire de la montée du trafic de drogue en Amérique latine, jusqu’aux États-Unis. Il s’agissait d’une série américaine qui, avec un peu de chance, deviendrait mondiale. Gaumont et les créateurs voulaient recréer les événements historiques de la manière la plus authentique possible et la seule façon d’y parvenir était de produire une grande partie de la série en espagnol. Netflix a été un partenaire formidable et nous avons pu raconter des histoires captivantes.

Ce qui est vrai pour ces deux séries (ainsi que pour Barbarians, produit par Gaumont Allemagne et diffusé sur Netflix), c’est qu’il semble que le public du monde entier soit plus ouvert que jamais aux contenus en langue étrangère. Nous avons la chance d’être une société de contenu mondial en cette période.

Est-ce que chaque bureau a un mandat quant aux projets qu’il apporte ou est-ce que la société ratisse large en se concentrant sur les bonnes histoires plutôt que sur les genres et les langues ?

C’est exactement cela, nous nous concentrons sur les bonnes histoires. Comme les acheteurs se concentrent de plus en plus sur les marchés locaux, nous nous adaptons. Nos équipes à travers le monde travaillent en étroite collaboration et s’informent des nouvelles tendances et des nouveaux talents qui apparaissent sur chacun de nos marchés et dans le monde entier. 

La compagnie se tourne-t-elle vers sa cinémathèque emblématique pour trouver des idées de séries télévisées à développer ? L’équipe américaine produit-elle à la fois des séries télévisées et des films ?

Oui et oui. Gaumont possède une cinémathèque qui comprend plus de 1400 titres. Aux États-Unis, nous nous concentrons surtout sur la production de séries télévisées, mais nous nous tournons fréquemment vers le catalogue pour trouver d’éventuelles adaptations au cinéma. En 2019, nous avons produit une adaptation de notre bibliothèque intitulée Point Blank (Netflix) avec Anthony Mackie et Frank Grillo. Elle est basée sur le film Gaumont de 2010, À Bout Portant. Notre équipe d’animation et de famille développe également des longs métrages, nous produisons actuellement un long métrage d’animation avec Paul McCartney, High in the Clouds (Netflix).

Gaumont est également connu pour ses titres d’animation primés – cette année encore, Stillwater, qui est basé sur la série de livres très appréciée “Zen Shorts” de Jon J Muth, a remporté le prestigieux Peabody Award ainsi qu’un Daytime Emmy !   Vous tournez-vous souvent vers les livres pour trouver des projets à développer ?  Avez-vous une cible principale pour les titres d’animation, préscolaire, enfants et familles ? Quels sont les autres titres d’animation que nous devrions rechercher ?

Oui, nous préférons la propriété intellectuelle préexistante pour nos projets d’animation et de développement familial. Notre liste de projets varie entre des émissions pour les enfants d’âge préscolaire, les enfants plus âgés et les adultes. Outre Stillwater, lancé sur AppleTV+ en décembre dernier, nous avons une autre série préscolaire amusante intitulée Do, Re & Mi avec Kristen Bell, qui sera lancée sur Amazon Prime Video et Amazon Kids+ le 17 septembre. Vous allez adorer la musique de cette série ! En cours de production, nous avons également une série d’animation pour enfants, Samurai Rabbit, The Usagi Chronicles (Netflix), basée sur la célèbre série de bandes dessinées Usagi Yojimbo de Stan Sakai. 

Stillwater. Crédit Photo : Gaumont

Do, Re & Mi. Crédit Photo : Gaumont

Samurai Rabbit. Crédit Photo : The Usagi Chronicles

Nous avons un studio de pré-production d’animation à Paris. Une grande partie du travail de développement commence ou passe par notre fantastique équipe là-bas. Nous avons également une série d’animation pour enfants, Bionic Max, une création française que nous produisons pour le réseau Gulli.

Bionic Max. Crédit Photo : Gaumont

En tant que dirigeant à la tête de toute la création de votre société, que voudriez-vous que les gens sachent sur Gaumont, ses valeurs et ses objectifs de production ? 

Lorsque je parle de Gaumont, je suis toujours fier de partager son héritage : la plus ancienne société cinématographique du monde. C’est amusant de le mentionner car, en tant qu’Américains, nous n’avons rien de plus ancien dans notre pays relativement jeune. Gaumont a toujours cherché à élever le niveau des conteurs… en fait, la première femme réalisatrice a travaillé pour nous… dès les années 1890… Alice Guy Blaché.  Nous avons coproduit quelques films dans les années 30 avec un réalisateur que vous connaissez, Alfred Hitchcock (Les 39 marches, La dame disparaît), puis dans les années 90, avec Luc Besson (Cinquième élément, Léon). Nous continuons à faire des progrès au cinéma (Intouchable, Un Sac de Billes, Patients, etc.) et à la télévision. Nous nous efforçons de raconter des histoires qui font ressentir des émotions… le rire, la crainte, la colère, la peur, l’amour, le chagrin, l’émerveillement, la joie… c’est ce que font toutes nos équipes à travers le monde.

Quels défis constatez-vous aujourd’hui dans le secteur des médias de divertissement ? Y a-t-il de la place pour davantage de contenu ? Y a-t-il un manque de contenu spécifique que vous aimeriez voir comblé ?

Un changement radical est en train de se produire dans le secteur du divertissement… ce n’est pas un secret, nous pouvons tous constater la ruée vers le streaming. Ce changement est dû au fait que le public du monde entier, à quelques exceptions près, se tourne vers des streamers comme Netflix et Amazon pour obtenir du contenu à la demande. Ils changent leurs habitudes de consommation. Même les radiodiffuseurs traditionnels considèrent que l’avenir continuera d’inclure le streaming, car ils s’efforcent de l’intégrer dans leur présence au niveau local et sur le marché international. Le streaming fait disparaître les frontières territoriales. Pour Gaumont, cela signifie une opportunité et nous l’accueillons à bras ouverts.

Crédit Photo d’En-tête : Stillwater de Gaumont

Cet article a été traduit en français par Marie Pireddu.


About the Author

est originaire de Versailles. Elle a toujours voulu découvrir le monde, ce qu'elle a fait à partir de 17 ans lorsqu'elle a eu la chance d'étudier à l'étranger à Rhonda, en Espagne. Elle a parcouru le monde de Hong Kong à Taiwan, de l'Irlande à l'Autriche, en passant par le Luxembourg, le Liechtenstein et Monaco, et a découvert l'ensemble des pays de l'Italie et du Maroc. Elle se sent réellement citoyenne du monde. Elle s'est enfin installée plusieurs années à Los Angeles où elle a travaillé au Consulat de France à Los Angeles. Passionnée par les arts et l'histoire, elle a obtenu une Licence en histoire de l'Université de Californie à Berkeley et a étudié un programme de maîtrise en éducation à l'Université de Californie du Sud. Elle a enseigné le français à UNLV et CSN au Nevada. Elle est la fondatrice et la rédactrice en chef du French Quarter Magazine, dans lequel elle écrit, interviewe des personnes dans des domaines très variés, propose des idées d'écriture aux écrivains et aux journalistes, prend des photos et écrit actuellement son premier livre traduit sur la vie de Coco Chanel qui est remplie d'aventures, d'intrigues, d'histoire et d'amour.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑